camernews-Nkurunziza

Honte a Nkurunziza, a l’Afrique et a ces dictateurs qui la maudissent !!!!

Honte a Nkurunziza, a l’Afrique et a ces dictateurs qui la maudissent !!!!

Dans ma dernière tribune , j’évoquais et je redoutais le scénario d’un enlisement de la crise au Burundi:  “Des morts inutiles ou plutôt pour la gloire et l’ambition personnelles (de Nkurunziza). Et après embrasement, bain de sang et éventuelle intervention, on oubliera vite comme pour Bozizé, Gbagbo, etc., le responsable”. Chaque jour vient allonger la liste des morts. Et surtout avec le coup de force raté, on parle d’exécutions de blessés dans des hôpitaux et d’une chasse à l’homme nocturne.

Contre tous les avis, et fidèle à une règle chère à beaucoup de dictateurs africains (plutôt la ruine et le chaos à un renoncement au pouvoir), Nkurunziza a symboliquement choisi d’enterrer par un bain de sang l’Accord d’Arusha qui avait organisé le retour à la paix après une guerre qui a fait, selon certaines estimations, près de  300 mille morts. L’éternel recommencement…

Nous avons tous suivi depuis le début les différentes étapes de cette crise (débats, initiatives politiques, manifestations, etc.). Qui viendra cette fois-ci encore accuser les “ennemis” de l’Afrique de complot ou de  déstabilisation? Qui sera le premier à affirmer que des forces extérieures tapies dans l’ombre ont demandé à Nkurunziza de tirer sur la population ou de se maintenir au pouvoir coûte que coûte? Et même si cela était vrai, Nkurunziza serait-il un être humain sans cerveau? Comme hier le Conseil constitutionnel ivoirien, la Cour constitutionnelle burundaise irresponsable (sœur jumelle du premier), a fait le choix du bain de sang, en ouvrant la voie à un 3 ème mandat de Nkurunziza… Vive l’Afrique!

“Les manifestants sont des  ennemis du pays et seront traités comme des terroristes”. Cette déclaration (du gouvernement burundais) aurait pu faire sourire s’il n’y avait pas effusion de sang. Mais au juste, qui sont les véritables ennemis du pays si ce n’est ces assoiffés du pouvoir qui répandent inutilement la mort? Nkunrunziza et son gouvernement ne seront certainement pas jugés par la “justice” burundaise. Mieux, il est plus que probable que c’est ce criminel qui va juger ses propres victimes. Il est pourtant le responsable de toute cette tragédie.

Que faire donc? Maintenir des criminels dans une totale impunité? Comment oser évoquer la CPI à leur égard sans être aussitôt taxé de vendu ou d’ennemi par un certain obscurantisme africain qui n’est plus à présenter?

Monsieur Nkunrunziza, l’Afrique avait-elle vraiment besoin de cette énième histoire tragique? Dictateurs africains, pourquoi ensanglanter inutilement notre continent? Pourquoi maudire perpétuellement l’Afrique, la souiller aux yeux du monde et nous faire passer pour des animaux? Honte à vous! Le sang coulera-t-il donc toujours chez nous pour préserver le pouvoir? Que dire de ces images souillées de sang? Qui respectera l’Afrique et surtout celui qui gouverne à ce prix?

En Amérique latine (Brésil, Argentine, Chili, Colombie, Pérou, etc), les dirigeants (y compris les plus populaires avec un bilan positif comme Lula, Alvaro Uribe, etc.) aiment tellement leur pays qu’ils respectent la limitation des mandats. Pourquoi détester autant l’Afrique? C’est pour servir ou pour séduire l’Occident? Non. Qui vous croira? Votre comportement tend malheureusement à valider des propos qui ont été déjà tenus au sujet de l’Afrique… Honte à vous!

Nous savons que tout ceci est loin d’être fini car d’autres CHIENS  (pour reprendre le mot d’une fillette de 14 ans à propos d’un dictateur africain) s’apprêtent à faire exactement comme Nkurunziza, confortés par le succès et l’intensification de la répression sanglante au Burundi.

Il faudra bien un jour cesser de se voiler la face et dénoncer tous ensemble les bourreaux de nos populations. Car à trop vouloir les justifier depuis des décennies ou toujours trouver en Occident des coupables qui organiseraient tout sur notre sol, on ne fait qu’infantiliser et animaliser les Africains. Y a-t-il une vie après le pouvoir? Oui. De bons exemples existent pourtant chez nous dont peuvent s’inspirer ces criminels.

Alors que sous d’autres cieux on commémore la fin des évènements douloureux afin surtout de ne pas les reproduire, au Burundi, les acteurs de tristes évènements, parvenus au pouvoir, sont les premiers à vouloir les reproduire… Honte à l’Afrique!

Que font l’Union africaine, les Obiang, Déby, Kagamé et tous les promoteurs des fameuses “solutions africaines aux problèmes africains” afin que Nkurunziza arrête de tuer son peuple ou renonce à un 3 ème mandat? Je voudrais ici saluer et rendre hommage à ces militaires patriotes et honnêtes qui ont voulu sauver leur pays en prenant leurs responsabilités, à travers le “putsch” avorté. “Mon objectif était un refus de violation de la constitution et des accords qui ont permis la paix dans ce pays et pas de prendre le pouvoir”, a déclaré le général (du peuple) Niyombaré. Pour moi, il existe de bons coup d’Etats, c’est-à-dire légitimes et justes.
 
Enfin, ce qui m’a également choqué sur les réseaux sociaux par rapport à cette crise, c’est le raisonnement de certains internautes proches de pouvoirs dictatoriaux et de quelques autres égarés de l’anticolonialisme dogmatique. Ils considèrent que les victimes de la répression, les manifestants (dont le seul crime est l’opposition à la confiscation du pouvoir), doivent simplement accepter de subir le sort imposé par la force des armes… Ces victimes ne peuvent prétendre à aucun droit d’assistance à personne en danger ou accepter une ingérence dans les affaires intérieures de leur pays. Le faire, reviendrait à confirmer leur statut de traitres, d’esclaves, et que sais-je encore !!! Comme me le confiait récemment un ami, il y a certainement aussi en Afrique un problème de cerveau: les auteurs de tels raisonnements peuvent-ils réellement les appliquer à eux-mêmes? Et que dire de ceux-là qui proposent la dictature et la répression des libertés comme solutions pour l’Afrique? Pour moi, c’est sortir du domaine de toute compréhension possible…

Pauvre Afrique!

 

camernews-Nkurunziza

camernews-Nkurunziza