camernews-jean-michel-nintcheu-sdf

Honorable Jean Michel Nintcheu: «Nous devons nous mobiliser pour empêcher Biya d’être à nouveau candidat»

Honorable Jean Michel Nintcheu: «Nous devons nous mobiliser pour empêcher Biya d’être à nouveau candidat»

Dans une sortie sur son compte Facebook, le député du Social Democratic Front (SDF) appelle ses compatriotes à copier l’exemple des Burkinabés qui ont réussi à faire partir l’ex président Blaise Compaoré par des manifestations de rue.

A deux ans de la Présidentielle au Cameroun, l’opposant politique Jean Michel Nintcheu, député du Social Democratic Front dans le Wouri-Est ne voit pas par quelle magie les élections pourront permettre l’alternance à la tête du Cameroun. «Même dans l’hypothèse où tous les 400 partis politiques se réunissent dans un large front avec la société civile, les associations, etc , Biya ne perdra jamais une élection pour laquelle il est juge et partie», indique le parlementaire dans une sortie sur son compte Facebook.  Pour le Président régional du Social Democratic Front pour le Littoral, le seul moyen de favoriser l’alternance à la tête du pays, c’est d’empêcher Biya d’être candidat en 2018.  «Ce mot d’ordre peut fédérer les camerounais au delà des chapelles politiques, y compris les sympathisants du Rdpc qui dans leur immense majorité souhaitent une alternance à la tête de l’Etat.»  indique-t-il, avant d’ajouter: «Nous devons nous mobiliser pour empêcher Biya d’être à nouveau candidat…il serait illusoire de compter sur les élections pour le faire partir. Il a tout verrouillé».

Prenant l’exemple de Blaise Compaoré au Burkina Faso, Jean Michel Nintcheu pense que «Biya n’est pas invincible». «Nous devons nous inspirer de l’exemple burkinabé… Blaise Compaore militaire de son état semblait indéboulonnable ! Pourtant face à la détermination du peuple burkinabé il a capitulé !» Laisse-t-il entendre. Pour lui, «Seule la lutte peut libérer le peuple Camerounais de 34 ans d’obscurantisme et de régression! Seuls le courage et la détermination nous libéreront de 34 années de malédiction « Biyaise »». Si beaucoup d’internautes soutiennent ce combattant politique dans sa démarche, d’autres par contre estiment que le Burkina, «pays des coups d’Etat» ne saurait être un exemple pour le Cameroun.

camernews-jean-michel-nintcheu-sdf

camernews-jean-michel-nintcheu-sdf