camernews-Djebet-Noe-Massoussi

HOMMAGES: VA-T-EN TOI, NOE DJEBET MASSOUSSI !

HOMMAGES: VA-T-EN TOI, NOE DJEBET MASSOUSSI !

Va-t-en empêcheur de tourner en rond ! Toi qui es monté au créneau pour dénoncer la façon peu ordinaire dont est géré le football Camerounais. Toi qui a décrié l’organisation mafieuse des élections générale à la Fédération Camerounaise de Football. Un téléspectateur et auditeur de radio parmi ceux de tes admirateur, sans doute mal inspiré a pointé du doigt cette machine lorsque la mort a eu raison sur toi ce lundi 29 Décembre 2014 à l’hôpital général de Douala. Non ! Noé, c’est trop d’honneur faire à un humain. On ne tue pas un esprit.

Va-t-en syndicaliste à la mauvais tête ! Secrétaire Général du Syndicat National des Journalistes du Cameroun «  SNJC » et membre l’AJSC, tu as fais perdre le sommeil à Yaoundé. Pour mettre de l’ordre dans la gestion plutôt opaque des medias au Cameroun, tu t’es mis a la tête d’une  « minorité de journalistes » pour troubler les travaux des états généraux de la communication si savamment organisés. Va –t-en Massoussi tu dérangeais ! Tu as même eu le toupet de descendre dans la rue pour que la lumière soit faite sur la mort de Bibi Ngota, un autre journaliste mort de suite de torture. Dans un pays ou on crie sans jaser. Pars sonneur d’alarme !

Va-t-en journaliste indocile ! Tes interventions à Radio Sport Info « RSI » commençaient par agacer l’establishment. Tes positions citoyennes plaçaient ce media parmi les plus écoutés. Tu mettais petit à petit la lumière dans le clair-obscur qui entoure le sport dans le littoral. Il fallait que tu partes. Comme si cela ne suffisait pas, tu as crée «Le Sphinx». Un journal iconoclaste venu nous rappeler que la lutte pour notre véritable indépendance continue. Tu es allé loin en accusant la France d’entretien des rébellions et le chaos dans les Etats africains. Et  la CPI de voir le continent comme un «champ de tir libre » dans lequel on peut expérimenter un modèle juridique européen discutable, établi par une loi imparfaite. Va perceur d’abces !

Va –t- en Djebet Massuossi ! Au cours d’une fronde qui opposait les journalistes du Messager à la direction et dont tu étais la tête de prou des revendications pour des conditions de travail acceptables, tu disais avec emphase « Ne pleurez pas pour moi, pleurez pour vous » Djebet, tu ne croyais pas si bien le dire.  Nous ne pleurerons jamais assez.

Va-t-en journaliste de pacotille qui a refusé le gombo qui hisse les grands journalistes au piédestal des gars qui ont compris que « ca ne sert à rien » de critiquer. Et puis,  pour me taquiner sur mon appartenance ethnique, tu me posais la question de tous les jours « Quand UM NYOBE luttait pour l’indépendance du Cameroun, c’était aussi pour les Banen » ? Oui Noé, le Mpodol qui t’accueille dans les félicités éternelles te le  précisera ; sa lutte que tu as perpétuée d’une manière ou d’une autre est celle de tous les Camerounais sans exclusive. J’ai la conviction  qu’elle continueras jusqu’à la victoire finale.
Salut l’ami ! Au revoir Noe DJEBET MASSOUSSI.

PROGRAMME DES OBSEQUES
Mardi 30 décembre 2014 au Mercredi 07 janvier 2015
Recueillement tous les soirs au domicile du défunt sis à la Nouvelle Route Cité-sic (Derrière le Collège Agape)
 
Jeudi 08 janvier 2015
14H00 : Levée de corps à l’Hôpital de la Garnison militaire de Douala
– Transfert du corps au stade Marion de la cité sic 
20H00 : Veillée jusqu’à l’aube au stade Marion de la Cité Sic
 
Vendredi 09 janvier 2015
09H00 : Départ pour le village Bôtmbaï à Log Nkol par Songbengue
12H30 : Arrivée de la dépouille et installation
20H00 : Veillée jusqu’à l’aube

Samedi 10 janvier 2015
09H30 : Cérémonie funéraire et témoignages
10H30 : Inhumation

 

camernews-Djebet-Noe-Massoussi

camernews-Djebet-Noe-Massoussi