camernews-hilaire-kamga

Hilaire Kamga : «Michaëlle Jean a montré qu’elle ne maîtrise rien des élections au Cameroun»

Hilaire Kamga : «Michaëlle Jean a montré qu’elle ne maîtrise rien des élections au Cameroun»

Le porte-parole de l’Offre Orange pense que la récente visite de la Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie au siège d’Elections Cameroon dénote le fait qu’elle ne maîtrise rien des élections au Cameroun.

Hilaire Kamga, dans une interview accordée au quotidien Le Jour dans sa publication du 20 avril 2015, pense que l’étape d’Elecam était une étape de Trop : « Ce déplacement à Elecam a été pour moi l’étape de trop dans cette mission qui pourtant était à saluer. En se rendant dans une institution au leadership bicéphale auto-neutralisant, en pleine crise ouverte entre le directeur général des élections et le conseil électoral d’Elécam, cette dame a montré qu’elle n’avait pas encore étudié le dossiers des élections au Cameroun et qu’elle n’en maîtrise pour l’instant rien ».
 
L’écrivain, activiste politique et mandataire de l’Offre Orange, ce programme politique dit de transition pacifique au Cameroun, souhaite que Michaëlle Jean se rattrape plus tard et ne commette pas les mêmes erreurs dans d’autres pays qu’elle aura à visiter. Pour le Cameroun, « elle doit revoir le dossier et ne donner qu’un jugement avisé dès lors que nous attendons beaucoup de cette institution qu’est l’Oif ».
 

Les rapports contestés de l’OIF
 
Selon plusieurs observateurs de la scène politique camerounaise et africaine, l’Organisation internationale de la Francophonie s’est souvent illustrée par une légèreté dans la conduite des missions d’observation clôturées par des rapports le plus souvent contestés. Nottament au cours des années 1995-2005 où certains rapports quasi orientés des missions d’observateurs de l’Oif ont été utilisés pour conforter des dictatures en place dans certains pays africains où les véritables coups d’Etat électoraux venaient de se dérouler.
 
« Je n’arrive pas à comprendre cette légèreté avec laquelle elle [Michaëlle Jean, ndlr] salue l’indépendance d’Elecam et la compétence de ses membres. Est-ce que la compétence avérée de quelques membres du conseil électoral et de son président fonde de manière suffisante la compétence de l’institution Elecam ? Non ! », s’indigne-t-il.  
 
Pour Hilaire Kamga, le bicéphalisme actuel à la tête d’Elecam est un frein pour sa crédibilité. « En ce moment, Elecam a un directeur général qui s’accapare de tous les pouvoir, qui défie le Conseil électoral, qui viole de manière récurrente la loi électorale, et qui au final annihile toute possibilité de fonctionnement normal de cet organe. Il n’y aura jamais d’élections justes libres et transparentes au Cameroun avec ce construit juridique incongru, empreint d’hérésie manifeste que l’on a pompeusement appelé Code électoral en avril 2012 », conclut-il.
camernews-hilaire-kamga

camernews-hilaire-kamga