camernews-maman-rosette-chantal-biya-belle-mere-paul

Haute-Sanaga: La reine est morte, vive la reine !

Haute-Sanaga: La reine est morte, vive la reine !

Mme Chantal Biya hérite du titre de «Mbammbam Nyamang», à savoir la protectrice des protectrices de la dynastie à l’occasion des funérailles de sa mère, Mama Rosette, épouse Mboutchouang organisée du vendredi 26 au samedi 27 décembre 2014 à Nanga Eboko, chef-lieu du département de la Haute-Sanaga en région du Centre.

L’inhumation de Mama Ndongo Mengolo Rosette Marie avait été diversement appréciée et commentée par la classe politique camerounaise et l’opinion publique. Malgré les avis contradictoires et subjectifs émis par les uns et les autres, cette décision d’ouvrir le caveau présidentielle à la mère de la Première dame Chantal Biya, aura été fort bien saluée par les populations de la Haute-Sanaga, son département d’origine.

Aussi, élites et populations de cette unité administrative ont saisi l’occasion lors de ces funérailles mémorables, pour exprimer toute leur gratitude au président de la République, Paul Biya. Solennellement, la Haute-Sanaga, par la voix du maire de la ville, Romain Roland Eto’o, a davantage remercié le couple présidentiel pour l’honneur à tout le département, un privilège unique et sans précédent : «ouvrir le caveau présidentiel à la dépouille de Mama Rosette».

Le président Paul Biya a une fois de plus démontré son indéfectible attachement non seulement à son épouse, mais aussi et davantage à toute sa belle-famille. En retour donc, tous les grands notables et patriarches, élites et garants des traditions de la Haute-Sanaga ont exprimé le vœu de voir Mme Chantal Biya, la digne épouse du chef de l’État et non moins illustre fille de la défunte, «accepter le rôle naturel d’héritière qui lui confère de fait ce titre de Mbammbam Nyamang». Déjà, pour de nombreux observateurs, l’intronisation éventuelle de Mme Chantal Biya est une manière inoubliable de rendre hommage à Mama Rosette, qui aura été une femme d’exception, une femme aux qualités humaines incommensurables.

Les funérailles de Rosette Mboutchouang ont donc été couronnées de succès. Cette organisation, parfaite à la limite, est à mettre à l’actif d’un trio. Martin Belinga Eboutou le directeur du Cabinet civil, Ferdinand Ngoh Ngoh secrétaire général de la présidence de la République et par ailleurs président du comité d’organisation de l’évènement.  Et, surtout, Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, ministre de la Jeunesse et de l’Éducation civique, fils de la Haute -Sanaga, qui plusieurs fois par le passé, a toujours démontré sa grande capacité de mobilisation et d’organisation des évènements d’une telle ampleur.


Hommage.

Pas moins de 10.000 personnes, au rang desquelles des membres du gouvernement, des autorités politiques, administratives et traditionnelles, des militants du Rdpc- parti dans lequel madame le maire de Bazou (dans les Bamboutos) était fervente militante- des opérateurs économiques et des membres du clergé venues des quatre coins du pays et d’ailleurs, ont spontanément effectué le déplacement de Nanga Eboko pour rendre un ultime et vibrant hommage à cette grande dame au grand cœur.

En effet, sa matriarche Mama Rosette était avant tout une femme du peuple, une humanitaire qui venait constamment en aide à ses proches et des nécessiteux venus d’ailleurs. Des qualités exceptionnelles que n’a d’ailleurs pas manqué d’évoquer l’évêque d’Obala Bertoua, en présence d’une vingtaine de prélats du diocèse et d’ailleurs. «Le meilleur hommage que nous pouvons rendre à maman Rosette, c’est de continuer son œuvre. Maman Rosette aimait simplement l’être humain, sans distinction de clan, de tribu ou de situation sociale», a déclaré Monseigneur Sosthène Bayemi Matjei.

Monseigneur Sosthène Bayemi Matjei a aussi appelé à l’unité de la Haute-Sanaga. Une œuvre chère à la très regrettée Mama Rosette, qui rassemblait tout le monde. «Donnons le meilleur de nous-mêmes pour que la paix, l’unité et la prospérité qui lui étaient si chères soient le partage de chaque maison dans notre département», a poursuivi l’évêque d’Obala.

Les différentes interventions de la Haute-Sanaga ont aussi été clôturées par le cérémonial d’intronisation de Mama Rosette à la dignité de Mbammbam Nyamang (Protectrice des protectrices de la dynastie). Avant ce cérémonial, la partie réservée à la tradition s’est ouverte par l’«Ekpwong-Ndan» à savoir la communion avec les âmes des défunts, suivie par le «Nsili Awu» selon la tradition béti. A tour de rôle, les différents intervenants ont quitté la scène au rythme de l’«Essani», une danse mortuaire effectuée en l’honneur des personnes ayant posé des actes significatifs et honorables. La procession des homonymes et l’«Ekama», scénette permettant de découvrir le caractère, la personnalité et le quotidien de la défunte a ensuite été exécutée par les belles filles. Une belle manière de rendre un dernier hommage à une dame d’exception et de cœur.

 

camernews-maman-rosette-chantal-biya-belle-mere-paul

camernews-maman-rosette-chantal-biya-belle-mere-paul