Guerre contre Boko Haram: Le nigérian Iliya Abbah nommé Commandant de la force multinationale mixte

Après son séjour au Cameroun où il a rencontré le président Paul Biya au cours d’une visite d’amitié et de travail, le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, a nommé Iliya Abbah pour coordonner la coalition militaire des pays du bassin du lac Tchad.

Composée des forces armées des quatre pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad (Tchad, Niger, Nigeria et Cameroun), la Force multinationale mixte (Fmm) devra conduire les quelques 8700 personnels militaires, policiers et civils, tels que recensés lors de la réunion des experts sur l’élaboration des documents opérationnels de la Fmm au Palais des congrès de Yaoundé, les 5, 6 et 7 février 2015.

Pour coordonner l’action des troupes au front contre la menace Boko Haram, le général Iliya Abbah a été nommé jeudi 30 juillet dernier. L’information a été relayée par le magasine « Jeune Afrique » qui indique par ailleurs que le lancement de la Fmm était prévu ce 30 juillet 2015, et sera finalement effectif en août prochain. Dans son édition du vendredi 31 juillet 2015, le quotidien camerounais « Mutations » indique que la désignation du général nigérian augure celle d’un général camerounais, qui, suivant les statuts de la Fmm, doit le seconder.

Les missions de la Fmm, dont le déploiement a été approuvé en mars dernier par l’Union africaine, sont essentiellement de créer un environnement sûr et sécurisé dans les régions affectées par les activités de Boko Haram et d’autres groupes terroristes, afin de réduire considérablement la violence contre les civils et d’autres exactions, y compris la violence sexuelle et sexiste, conformément au droit international, notamment le droit international humanitaire et la politique de diligence voulue des Nations unies en matière de droits de l’homme.

La Fmm aura son quartier général à N’Djamena, la capitale tchadienne. Son siège a d’ailleurs été inauguré le lundi 25 mai 2015 à N’Djamena, en marge de la 16ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement. Son fonctionnement administratif, technique et logistique sera assuré grâce à un effectif de 100 personnels militaires et civils issus des Etats membres de la Cblt et le Bénin, apprend-on dans les colonnes de « Mutations ».