camernews-travaux

Grands travaux: Les chinois sommés de respecter les lois du Cameroun

Grands travaux: Les chinois sommés de respecter les lois du Cameroun

Les pouvoirs publics viennent de rappeler à la société chinoise chargée de la construction du Port de Kribi et de l’autoroute Kribi-Mboro, l’obligation de respecter le droit du travail camerounais

La Nouvelle Expression les qualifie de décisions révolutionnaires. Dans son édition parue le 22 décembre 2016, le quotidien privé revient sur la réunion de crise tenue le 20 décembre à Yaoundé avec l’entreprise chinoise chargée de la construction du Port Autonome de Kribi (PAK) et de l’autoroute Kribi-Mboro, longue de 38 km. Les assises étaient présidées par Patrice Melom, Directeur général du PAK, en présence notamment du sous-préfet de Kribi 1er, François Manga.

Notre confrère fait savoir que la crise a été provoquée par l’arrêt des travaux de l’autoroute Yaoundé-Douala suite la saisie par le maire de Kribi 1er des camions de la société chinoise China Harbour Engeneering Company (CHEC) en vue du paiement de la taxe locale du transport des produits de carrière. Le délégué régional du Travail pour le sud, Firmin Bengala Mballa a insisté sur l’obligation non négociable pour les sociétés chinoises de respecter le code du travail camerounais.

« Au terme des travaux la société CHEC a été reconnue coupable sur toutes les revendications des ouvriers camerounais, elle sera ainsi soumise aux contraintes de la loi du travail en vigueur au Cameroun », mentionne le journal. Huit résolutions au total ont ainsi été prises Parmi lesquelles :

  • CHEC appliquera à l’ensemble du personnel des trois équipes la même classification et les mêmes avantages, en se référant à la classification applicable à l’équipe 1.
  • CHEC se conformera aux obligations suivantes : recruter un responsable camerounais en charge des ressources humaines, recruter un médecin de travail, mettre en place un comité d’hygiène et de sécurité, mettre en place les délégués du personnel
  • CHEC paiera à chaque employé une indemnité de logement correspondant à 25% de son salaire mensuelle et une indemnité journalière de 800 FCFA.
camernews-travaux

camernews-travaux