camernews-ville

Grandes réalisations: Le projet d’une ville nouvelle à Kribi bloqué

Grandes réalisations: Le projet d’une ville nouvelle à Kribi bloqué

Pour le moment, en dehors du Port qui a déjà vu le jour, le complexe industrialo-portuaire manque d’institution de pilotage et de leadership pour sa mise en place complète.

Pour Le Quotidien de l’Économie du 17 janvier 2017, le complexe industrialo-portuaire de Kribi est un mastodonte difficile à manœuvrer. «C’est que c’est un gigantesque projet qui enjambe les limites du seul pot en eau profonde pour bâtir une ville nouvelle sur les bords de l’océan», note le quotidien.

Le complexe industrialo-portuaire de Kribi comprend également une zone industrielle et commerciale, associée aux installations portuaires. Le complexe sera bâti sur une superficie de 20 000 hectares et ses installations sont dédiées au développement des industries lourdes (à proximité des ports, des autoroutes, et des voies ferrées), moyennes (entre le port et les zones de résidence), et légères (près de la ville).

Il y a aussi, une agglomération nouvelle qui se développe sur 400 hectares. Elle abritera les employés du complexe et leurs familles. Une prévision de 100 000 habitants à l’horizon 2040 a été faite. Une autoroute de 30 km est actuellement en construction entre le site de Mboro qui abrite le port, et le centre-ville de Kribi.

Un comité de pilotage reconfiguré pour le complexe industrialo-portuaire a été mis sur pied. Il a pour but de donner vie à l’ensemble des autres aménagements prévus dans le cadre de la ville nouvelle de Kribi. «Les projets et les textes y relatifs sont déjà dans les services du Premier Ministre, qui avait déjà créé le précédent comité de pilotage. Cette nouvelle organisation doit requérir l’avais de la Présidence de la République, ce qui induit une navette qui n’a pas une réputation de célérité entre Etoudi [Palais de l’Unité] et l’immeuble étoile [Premier Ministère]», explique le journal.

Le Port Autonome de Kribi (PAK) va bientôt fêter son troisième anniversaire sans avoir accueilli le moindre navire, selon Le Quotidien de l’Économie. De plus, la question des contrats avec les concessionnaires du terminal à conteneurs et du terminal polyvalent reste un réel problème qui n’a toujours pas trouvé solution adéquate.

camernews-ville

camernews-ville