GRACE DECCA : OUI JE SUIS « BORN AGAIN ».

GRACE DECCA : OUI JE SUIS « BORN AGAIN ».

Au cours de la rencontre avec la presse organisée à Douala, plus qu’une conférence, c’est à une confession que s’est livrée l’artiste Grace Decca. En 120 mn d’échanges, elle a prononcé DIEU une fois toutes les deux minutes. Et c’est Jean René Duala Djembele qui a eu les mots justes « un tournant décisif dans la carrière de Grace » ; le passage du monde à la vie des grâces. L’artiste elle-même le revendique à hue et à dia : oui, je suis une born again. Et pour preuve, Mouna son nouvel album est  la rencontre de Grace Decca avec le père, la manifestation de l’esprit sain en elle. Le temps d’une rencontre, la salle s’était transformée en paroisse dont l’officiant principal était l’artiste elle-même : Grace Decca. On a failli oublier l’objet même de la conférence c’est-à-dire la présentation du nouvel album.

Mouna, le fardeau de Grace.

Il a treize titres, un mélange de gospel, jazz, blues et funk, chantés en Français, anglais et en duala. Mouna, le titre phare, chanté en langue duala est le fardeau, la charge, la responsabilité que porte l’artiste. Pour rester dans le registre, l’on dirait la croix vers Golgotha pour la rémission de nos iniquités.  Un appel que lance Grace pour plus d’engagement au christ. Elle a juré la main sur le cœur de ne jamais faillir. L’album est fait avec la touche de George Duke, un réalisateur hors pair. Grace l’a d’ailleurs confessé « Il a réussi à mettre en relief mes émotions, mes sentiments, l’amour que j’ai pour DIEU… c’était pour moi le réalisateur idéal. Il était généreux, réceptif, accueillant et très professionnel. C’est l’un des meilleurs souvenir de ma carrière professionnelle » Seulement, Il faut le noter pour déplorer la quasi-absence du Makossa, le rythme qu’on connait à l’artiste dans cet album.   On espère que ce n’est que partie remise.

 

camernews-Grace-Decca

camernews-Grace-Decca