Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?Quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.

Par un concours de circonstance, nous avons obtenu un rendez-vous avec un homme qui a donné toute son existence au football en ne répondant à la presse qu’aux sorties des matches. Pas plus ! Même lorsque contre toute attente il y a  quatre ans Gérémi arrête sa carrière de footballeur, il ne se lance pas comme les autres aux journalistes pour parler de ses 117 sélections et  de ses titres collectifs ramassés à la pelle pendant ses 20 ans de carrière pleine. Mais en partageant quelques minutes de sa précieuse vie d’homme  effacé,  nous avons compris que l’ancien Lion Indomptable est une bibliothèque.

Le foot est décidément une partie de vous. Vous ne le quittez donc jamais ?

Je ne regarde pas particulièrement cette compétition (l’Euro 2016, ndlr) depuis qu’elle a commencé. Mais, quand j’arrive au bureau, je prends quand même les dernières infos de la veille. Cette compétition très disputée sera plus intéressante encore à cette étape des éliminatoires directes.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN

Et si on vous demandait de dire qui est Gérémi Njitap …

Gérémi Njitap est un ancien footballeur international. J’ai eu la chance d’évoluer pour mon pays. Je commence par mon pays, parce que c’est le rêve de tout joueur d’évoluer pour son pays, et après j’ai joué dans des clubs que la plupart connaissent…

Chelsea, le Réal Madrid par exemple …

Ce sont là les plus en vue. Mais j’ai commencé au Paraguay, pour ceux qui ne savent pas. Le Paraguay, c’est le début de mon aventure professionnelle outre-mer. Evidemment, comme tout jeunecamerounais, j’ai commencé à jouer ici. J’ai eu une formation à l’Ecole de Football Les Brasseries du Cameroun (EFBC) et je dis encore aujourd’hui, les débuts sont très importants. C’est pourquoi je n’hésiterai jamais de parler de l’Ecole de Football Les Brasseries du Cameroun, car c’est là-bas que j’ai appris des tas de choses. J’y ai acquis beaucoup de connaissances qui devaient me servir pour l’avenir. Je l’ignorais. Evidemment, on y entrait parce qu’on était les meilleurs footballeurs sélectionnés, mais pendant toute ma carrière, j’ai vu que mon passage à l’EFBC a beaucoup servi pour m’intégrer facilement lorsque je suis allé évoluer en Europe.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN

L’EFBC, parlons-en. Quand on entre dans cette école aujourd’hui, on est frappé par des images de certains joueurs qui meublent tous les murs, parmi lesquelles les vôtres. Qu’est-ce cela vous fait ?

Plus que jamais, je suis très heureux, très flatté de voir ces images là. Sincèrement, sans vous cacher, c’est maintenant que je me rends compte. Si les Brasseries me prennent comme un modèle, je suis très honoré, flatté, content. Je suis passé par là ; j’ai eu une belle carrière.  Mon plus grand souhait serait que tous ces jeunes qui vont me lire, suivent mes pas.

Nous sommes d’ailleurs à la veille d’une compétition à laquelle vous avez prêté votre nom : Le Challenge Gérémi Njitap…

L’EFBC m’a permis de réussir dans ma carrière sportive. Tout ce que j’ai eu, c’est grâce à l’EFBC. Le football ce n’est pas seulement sur le terrain. C’est aussi apprendre à bien se tenir. Les footballeurs vivent en groupes. Quand vous allez faire des tests en Europe par exemple, on n’attend pas simplement que vous soyez très forts sur le terrain. Il y a plusieurs aspects : la moralité, le comportement, c’est très important. Les clubs sont très regardants pour parfaire leurs sélections. Si tu es un gamin qui ne sait pas se tenir, qui crée les problèmes de part et d’autres, ils ne vont pas s’engager. Evidemment, j’étais un bon joueur. C’est pour cela que j’ai été sélectionné à l’EFBC. Mais pour moi qui n’ai pas eu la chance de naître dans les grandes familles, quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger. Lorsque nous sommes arrivés à l’EFBC, on nous appris la discipline de groupe, à manger à table avec les autres, avec la fourchette et la cuillère… Bref ces petits détails ont beaucoup compté pour mon insertion et mon intégration dans le monde du football professionnel. Je le dis à haute et intelligible voix : c’est grâce à l’EFBC que j’ai eu cette belle carrière.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN

Quelle est votre appréciation de l’initiative du challenge ?

Je suis très content du travail fait par monsieur Flaubert Nono (Manager Général de l’EFBC, ndlr). Ce tournoi est une aubaine pourles jeunes du centre, et des équipes invitées. Cela peut être pour certains, le début d’une carrière rêvée. Certains peuvent même être pensionnaire de ce centre qui est la référence aujourd’hui. Il n’y a pas beaucoup de centres comme cela. Pas plus tard que l’année dernière, certains enfants sont partis de l’EFBC pour signer des contrats directement en Europe. Clinton Njié est un des derniers gros exemples. Il faut donner du mérite à ces encadreurs qui se battent au quotidien pour la réussite de ces jeunes camerounais.

Revenons à votre belle carrière. On se demande toujours si elle est totalement achevée…

Sur le terrain, oui ! Mais maintenant, comme je dis, si je suis le parrain d’un tournoi comme le Challenge Gérémi Njitap, c’est que je suis toujours là. J’ai la chance d’être parmi les administrateurs de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) ; je suis un des présidents du syndicat des footballeurs camerounais (SYNAFOC). Donc je suis encore directement impliqué dans le football. Mon souhait, c’est d’apporter ma modeste contribution pour le football camerounais. Si notre expérience peut servir à nos jeunes frères, ce sera important. Je crois que les jeunes footballeurs aujourd’hui seront plus à l’écoute, si c’est un Gérémi Njitap ou un Rigobert Song qui leur parle. Je me dois de renvoyer l’ascenseur à mes jeunes frères footballeurs.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN

Quand c’est décidé qu’on ne jouera plus, on pense naturellement à un dernier match. A quand le jubilé Gérémi Njitap ?

Très bonne question. Hummmm… (Il hésite un peu). Je ne donnerai pas la date ici. Mais sachez que, comme vous l’avez si bien dit, il y aura un dernier match. Gérémi Njitap prépare son jubilé. Puisque je suis administrateur aujourd’hui, je veux bien faire les choses. Voilà pourquoi je prends mon temps. Je souhaiterais que mon dernier match soit inoubliable. J’espère que je serai encore capable de courir, et que ce jour-là, je montrerai les vieux restes. Vous savez que le Cameroun va organiser des compétitions internationales et pour cela on va construire des stades. On aura donc de très belles infrastructures. Voilà une des raisons, si vous voulez savoir, parce qu’il faut que mes invités repartent en disant : waouh au Cameroun, il y a de très beaux stades.

Et si on avait quelques noms maintenant ? Vous avez un calepin où quelques noms sont déjà marqués ?

J’ai eu la chance d’évoluer avec la plupart des meilleurs joueurs mondiaux de ma génération, et je garde encore de très bons contacts avec eux. Pour ceux qui ont suivi ma carrière, les meilleurs joueurs de ma génération seront là. Et tous ces grands joueurs de l’époque occupent aujourd’hui des postes soitd’entraîneur, soit d’administrateur du football dans leur pays, et on se retrouve tout le temps. On a cette chance-là, parce que le nouveau président de la FIFA a crée l’équipe des Légendes du football. Ce qui nous permet de nous retrouver à chaque fois. Je suis donc en contact permanent avec ces légendes, et j’ose croire que pour mon jubilé, ils seront là.

Les Camerounais pourraient donc voir arriver un de vos grands amis, le président de Chelsea Roman Abramovitch ?

(Il hésite)… Cela me fera plaisir à moi, mais je pense que les Camerounais attendent plus de voir les stars du ballon rond qui vont faire du spectacle sur le terrain. Si Luis Figo arrive, si Zinédine Zidane arrive, Dessailly, Makélélé, ils sont nombreux. Pour le moment, je souhaite que nos infrastructures soient renouvelées, ce sera une bonne  chose aussi pour mon dernier match. Je me permets de le dire, même si je ne devrais pas. Pour la carrière que j’ai eue, il faudrait dire Adieu au football avec un dernier match inoubliable.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN

Et si on parlait de Racing de Bafoussam, votre équipe est revenue à l’élite du football camerounais. Comment avezvous perçu cela ?

J’ai été supporter de Racing de Bafoussam depuis mon enfance. C’était la plus grande équipe de la région à l’époque. Et pour moi qui ai grandi au stade, c’était très marquant pour moi d’évoluer dans cette équipe. Racing, c’est l’équipe que j’ai toujours portée dans mon coeur. J’ai eu la chance de jouer dans ce club ; c’était le club de référence de l’Ouest. Aujourd’hui, je suis content qu’il soit revenu dans l’élite du football camerounais. J’ai souvent suivi Racing à distance pour plusieurs raisons. Ils sont nombreux qui se disent que je n’ai jamais rien fait pour Racing. Mais, c’est parce qu’ils ne sont pas au courant de certaines choses.

Si certains ignorent, c’est peut être parce que vous choisissez d’être effacé. Vous n’aimez pas qu’on parle de vous…

Parfois c’est la meilleure solution, parfois pas. Mais, je prendrai ce qui est arrivé comme une leçon et je ferai autrement à l’avenir. J’ai eu à apporter mon aide, mon soutien, financièrement à Racing. Mais, à l’époque, les dirigeants ont (il hésite…) – je ne veux pas utiliser les termes forts – les dirigeants ont dilapidé ces sommes. Bon, je ne vais pas entrer dans les polémiques et citer des noms, mais  ils savent. Ces personnes-là se connaissent, sont au courant et savent que je suis au courant. Aujourd’hui, Racing est revenu dans l’élite, et moi-même je suis revenu au Cameroun. Je suis de très prêt cette équipe. Je ne veux rien promettre, j’aime passer à l’acte. Le moment venu, je poserai l’acte qu’il faut. Je sais que cette équipe a besoin du soutien des élites de l’Ouest et de tous ses enfants. Etil ne faut pas seulement penser que c’est Racing seul. J’ai aussi évolué dans Fovu de Baham, qui est aussi un club qui m’a permis de murir où j’ai connu un très grand homme qui a été mon président : monsieur Dieudonné Kamdem. Avec lui, je m’entends très bien. Je crois qu’il a toujours besoin de moi. Je n’aime pas trop parler, mais ce que je peux dire ici, c’est que Racing de Bafoussam et Fovu de Baham sont mes clubs de coeur qui ont contribué à ma réussite. Le moment venu, je vais leur renvoyer l’ascenseur. C’est certain !

De quoi est fait le quotidien sportif de Gérémi ? Quand on a été un sportif de haut niveau on n’arrête pas brutalement, non ?

Le sport c’est ma vie, c’est un médicament pour moi. Lorsque je ne fais pas d’efforts physiques, je ne me sens pas bien. Soit, je fais mon petit footing, soit je joue au tennis. J’adore le tennis. Pas simplement parce que je joue, mais parce que c’est un sport qui épargne des blessures. Quand je parle de blessures, je sais qu’on se blesse aussi au tennis. Mais au football et à tous les sports de contacts, on est plus exposé aux blessures. Voilà pourquoi je préfère le tennis, et je joue au foot de temps à autres.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN

Combien d’heures passez-vous au tennis par jour ?

Vous savez quand on a joué au foot de haut niveau comme moi, on a un cardio assez élevé ; donc lorsque je fais deux heures de jeu et pour moi ce n’est pas assez. Quand je rentre chez moi, je constate que je n’ai rien fait, je ne suis pas fatigué. Donc pour moi, quand j’ai l’opportunité, je fais minimum quatre heures de tennis par jour. J’ai la chance d’avoir une épouse qui est méticuleuse sur mon physique. Elle fait très attention à ma nutrition. On a même ce problème-là, parce qu’elle ne me fait manger que les légumes. Parfois, j’ai envie de faire un peu d’abus (manger autre chose) elle refuse. Donc pas d’aliments gras chez moi. Mais c’est une bonne chose car cela me permet de garder la ligne. Avant Samuel Eto’o, vous étiez le joueur africain le plus titré. Et d’ailleurs au regard de votre palmarès, une certaine presse européenne vous a appelé le Iniesta africain.

Un joueur qui a tout gagné en club et en sélection, mais comme le milieu de terrain du Barça et de la Roja, et vous réussissez de passer inaperçu ?

On passe inaperçu pour ceux qui ne suivent pas. J’imagine que vous par exemple, vous connaissez ma carrière sportive. Quand je revois mes titres, mon CV, je me dis que j’ai quand même eu une belle carrière. Mais je sais qu’ils sont peu qui savent que j’ai gagné dans toutes les catégories.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN

Peut-être ce serait-il bien de rappeler…

Le tournoi de Montaigu en France, c’était pratiquement la Coupe du Monde des minimes, puisque c’était un tournoi pour les équipes nationales. Je l’ai gagné deux fois (93 et 94. Dans ce tournoi qui en est à sa 44ème édition, on y a découvert tour à tour les futurs stars mondiales comme Cristiano Ronaldo, Carlos Tevez, Didier Deschamps, Marcel Dessailly, Thierry Henry, etc… ndlr). Après j’ai eu la chance d’être surclassé, je suis désolé de parler de moi, – mais c’est vous qui m’emmenez à le faire-, je suis passé directement chez les juniors pour gagner la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

C’était au Nigeria en 1995…

Mais voilà ! Vous au moins le savez ! La Coupe du Cameroun par exemple. Les gens ne savent pas que j’ai gagné une Coupe du Cameroun avec Racing. (En 1996 face à stade de Badjoun, ndlr) pour le reste, je crois que tout le monde sait. (champion d’Espagne 2001, Champion d’Angleterre en 2005 et 2006, Ligue des champions européenne en 2000 et 2002, Coupe d’Angleterre en 2007, CAN 2000 et 2002, Jeux olympiques 2000, 117 sélections et 13 buts, ndlr). Ceux qui suivent le foot savent que j’ai gagné beaucoup de titres. Quand mes enfants passent, on leur dit : votre papa a été un très grand footballeur. Ça me fait plaisir.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN

 Avec tout ce bagage, pendant que certains s’installent en Europe à la fin de leur carrière, vous décidez de rentrer au Cameroun. Pourquoi ?

Oui. Moi, je n’ai pas hésité, je suis rentré dans mon pays. Je me suis toujours dit qu’après ma carrière je rentrerai. Surtout que j’ai grandi ici. C’est aussi ma façon d’apporter ma modeste contribution. Pour nous qui avons eu la chance d’évoluer ailleurs et de se faire un peu d’argent, c’est toujours bien de revenir investir ici au Cameroun, de créer des emplois. C’est très important pour les Camerounais. En venant investir ici, certes on gagne, mais on créé aussi les emplois. C’est ma manière de voir les choses, parce que je sais que les Camerounais ont besoin de leurs fils qui ont réussit dans leurs domaines. Je ne peux pas vous le cacher, partout où je passe je suis apprécié.

Quelles sont les chances des Lions Indomptables pour la prochaine CAN au Gabon ?

Gagner une CAN, ce n’est pas forcément avoir la grande équipe. C’est avoir un groupe soudé. Un groupe qui a envie de vivre ensemble, de communier ensemble. Notre souhait, c’est de bâtir cela. En plus, on a des gars qui bientôt, vont sortir de l’équipe nationale, qui neseront plus convoqués. C’est maintenant qu’ils se posent des questions du genre : qu’avons-nous fait pour notre pays ? Je discute avec eux et je leur dis : lorsqu’on passe à l’équipe nationale, on laisse des empreintes. Ils sont nombreux aujourd’hui qui sont dans cette situation et qui souhaiteraient gagner avant de partir. Il y a aussi beaucoup de jeunes cadres comme les Bédimo ou Chedjou, qui sont entrés quand nous y étions, mais qui n’ont pas gagné avec nous. Aujourd’hui, ils veulent partir à la CAN comme des favoris. Mais sans le déclarer. Mais, je sais que dans leur tête, ils ne veulent pas quitter l’équipe nationale sans gagner un trophée. C’est une très bonne motivation, et nous, on leur souhaite bonne chance.

Le Cameroun est, selon certains analystes, est logé dans le groupe B dit « groupe de la mort » pour Russie 2018. Qu’en dites-vous ?

Moi, je n’aime pas le terme utilisé là. Groupe de la mort ! Je crois qu’on avait même enlevé ce terme là du football. Je trouve que pour les fans, les téléspectateurs et pour les compatriotes, c’est un très bon groupe. Même pour les footballeurs aussi, les concernés. C’est un très bon groupe, parce qu’il y aura de très bons matches. Des matches qu’on rêve de jouer quand on est à l’équipe nationale. Quand tu regardes les affiches comme Cameroun- Algérie, Cameroun-Nigéria, Cameroun-Zambie, tu as envie d’aller regarder. Et moi, je sais que l’équipe nationale du Cameroun adore ce genre de rencontres. Généralement, quand on doit jouer contre les grandes nations de football, on est plus concentré. Si on convoque les joueurs le mercredi, certains arrivent le lundi et sont déjà dans le match. Ce n’est pas pour négliger les autres nations, mais un Cameroun-Algérie ou un Cameroun- Nigéria ne ressemble pas à un match qu’on jouerait avec les petites nations du foot. Le match France-Cameroun du 30 mai dernier est encore là pour nous parler. Le Cameroun est dans le meilleur groupe qui soit. Maintenant, les Lions ont besoin de nous tous qui constituons le 12ème joueur. Dans ce genre de groupe, on gagne à tout prix à domicile, et on va à l’extérieur pour ne pas perdre.

espagne,geremi,sorel,njitap,fotso,quand,est,dans,une,famille,modeste,mange,pas,table,famille,debrouille,manger,spain,ESPAGNE :: Gérémi Sorel Njitap Fotso: ?quand on est né dans une famille modeste, on ne mange pas à table en famille. On se débrouille à manger.? :: SPAIN