Garoua: la grande mue se profile

Avec la contractualisation imminente de l’entreprise chargée de la réhabilitation du stade Roumde Adjia, le début des travaux est proche.

La cuvette de Roumde Adjia, dans l’attente. Le stade Omnisports de Garoua n’est pas encore officiellement fermé, mais pour le personnel en service dans la structure, le temps de la cure de jouvence est plus que jamais imminent. Mercredi matin, si les mouvements sont plutôt limités, un agent croisé dans la zone des vestiaires assure que le fonctionnement de l’enceinte n’est pas en berne. « La pelouse est toujours arrosée et entretenue, le nettoyage des gradins, vestiaires et bureaux se poursuit normalement. Le stade reste pour l’instant en exploitation », explique l’employé. Il faut dire qu’au niveau des responsables locaux, on n’est pas spécialement disert. Très peu ont des informations précises quant au calendrier de réhabilitation du stade, qu’on leur annonce pourtant imminent. « Lors du dernier match de Champions league africaine de Coton Sport en juillet, on nous a dit que c’était le dernier match que le stade allait accueillir. Nous pensions que la fermeture allait s’opérer dans les jours qui suivent pour le début des travaux. Nous constatons juste que ce n’est pas encore le cas», poursuit notre source.
Les choses devraient pourtant s’accélérer dans les prochains jours. Si l’entreprise portugaise Mota Engil a été désignée pour la réhabilitation du Stade Omnisports et ses extensions, des détails techniques de contractualisation restaient à peaufiner. De source bien introduite, la commission chargée de valider ces aspects administratifs s’est réunie le 25 juillet dernier. On peut donc imaginer que l’ordre de service sera délivré au courant de ces jours, permettant à Mota Engil de s’installer sur le chantier.
Du côté de l’entreprise, on assure que ces retards pris n’auront pas d’impact sur les délais de livraison. « Nous étions déjà sur le terrain et connaissons l’étendue du travail à faire. Une fois le début des travaux effectif, nous pouvons achever ce travail en 12 mois », a confié à CT une source proche de Mota Engil. Selon cette dernière – et c’est peut-être une des raisons du choix porté sur cette entreprise- cette dernière a une grande habitude des travaux d’urgence. D’ailleurs, elle revendique des travaux encore plus importants réalisés en 2012 au Mozambique, livrés après juste douze mois. Selon certaines indiscrétions, Mota Engil pourrait également recourir à l’usage de préfabriqués pour rattraper les délais. Mais surtout, l’évaluation des travaux à mener et du calendrier de leur réalisation s’était faite sur la base de la date initiale de la Can 2019, en janvier. Avec le décalage au mois de juin, le stade de Roumde réhabilité devrait être disponible avec une bonne avance, rassure-t-on.