camernews-cybercriminalite

Garoua: 24 téléphones numériques offerts aux services d’urgence de la Région du Nord

Garoua: 24 téléphones numériques offerts aux services d’urgence de la Région du Nord

Don du comité régional de lutte contre la cybercriminalité, il s’agit pour lui d’annihiler les appels fantaisistes.

En date du 22 novembre 2016, le comité régional de lutte contre la cybercriminalité du Nord a fait un don de 24 téléphones numériques aux services d’urgence basés dans cette Région. Cette cérémonie a été présidée par Jean Edi’i Abate, le Gouverneur de la Région du Nord. Une cérémonie qui a eu lieu dans la salle des conférences de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART).

«C’est un sentiment de joie qui m’inonde ce jour pour ce geste patriotique qui constitue un apport considérable dans la lutte que nous avons entreprise contre la cybercriminalité. Les postes dont sont gratifiés les différents services d’urgence amélioreront à coup sûr le cadre de travail des employés de ces structures. En ma qualité de président du comité régional de lutte contre la cybercriminalité, je dis merci à l’ART pour les efforts qu’elle déploie pour son implication particulière dans l’assainissement du secteur de la téléphonie mobile», a déclaré le Gouverneur de la Région.

Le journal L’œil du Sahel édition du 24 novembre 2016 précise que ces téléphones numériques sont en fait des appareils performants dotés d’applications qui permettent d’identifier les numéros entrants et mettront un terme aux appels fantaisistes effectués par certains usagers.

«Ce sont des appareils haut de gamme avec de nouvelles applications qui nous permettent d’identifier les appels fantaisistes qui paralysent notre secteur d’activité depuis plusieurs années. Nous recevons souvent des appels, nous nous mettons en branle et une fois sur le terrain, nous découvrons que l’information n’est pas vraie. Vous comprenez quel sentiment on peut avoir après ce genre d’agissements ? En plus de ces désagréments, ces adeptes de mauvaises blagues saturent la ligne au point où des usagers sérieux ne parviennent pas à avoir accès à nos services», a déclaré un élément des sapeurs-pompiers.

Les 24 postes ont été répartis entre les services de la police, la gendarmerie, sapeurs-pompiers et les secours médicaux.

camernews-cybercriminalite

camernews-cybercriminalite