Gabon: Jean Ping dépêche un proche collaborateur au Cameroun

Le Dr Jonathan Ndoutome Ngome, membre de la commission Communication de la campagne nationale de Jean Ping, était mardi dernier à Douala, pour expliquer aux Camerounais la vérité des urnes au Gabon.

Alors que la Cenap (Commission électorale nationale) a déclaré, le 31 août 2016, le président sortant Ali Bongo vainqueur de cette présidentielle avec 49,80% au niveau national, contre 48,23% pour son rival Jean Ping, la Coalition des partis de l’opposition est montée au créneau pour indiquer que c’est leur champion qui a gagné. 237online.com Face à la presse mardi dernier à Douala, le Dr Jonathan Ndoutoume Ngome, membre de la commission Communication de la campagne nationale de Jean Ping, et par ailleurs secrétaire national à la Communication de Démocratie nouvelle (DN), l’un des partis de la Coalition, a donc réitéré que c’est Jean Ping le vainqueur de la présidentielle de 2016. Acculés par les journalistes quant aux éléments qui lui permettent de faire une telle assertion, le Dr Jonathan Ndoutoume Ngome dit s’appuyer sur l’avance de 60 035 voix qu’avait Jean Ping sur Ali Bongo, le taux de participation de

100% dans le Haut-Ogooué, l’absence de cohérence entre les résultats du Haut-Ogooué avancés par le gouverneur de cette province et ceux annoncés par le ministre de l’Intérieur. Et enfin, la grande différence entre le taux d’abstention enregistré dans la ville de Muanda (une des villes du Haut-Ogooué) qui était de 5 000 personnes, et le taux d’abstention enregistré dans toute la province qui est de 400 personnes, selon le gouverneur de province. « A l’exception de la province du Haut-Ogooué, dont on ne s’expliquait pas toujours l’absence des résultats, Jean Ping réunissait jusqu’au 29 août 2016, selon les résultats proclamés par les gouverneurs des 08 provinces sur les 09 que compte le Gabon, 166 822 voix, soit 59,25% des suffrages. Et Ali Bongo, comptait 106 787 voix, soit 37,97% suffrages. Et donc, avec une avance de 60 035 voix confirmées par les commissions provinciales des 08 provinces, ajoutées à plus de 150 procès-verbaux (PV) que nous détenons pour la province du Haut-Ogooué, la victoire de Jean Ping ne faisait plus désormais aucun doute », déclaret-il. Selon les résultats du gouverneur du Haut-Ogooué, Denis Tsanga, Ali Bongo obtenait, apprend-on, un peu plus de 65 000 voix sur 71 187 inscrits. « Mais contre toute attente, le ministre de l’Intérieur, à qui les résultats sont 11 remis par la Cenap, va, pour sa part, annoncer des résultats qui font d’Ali Bongo le vainqueur dans le Haut-Ogooué, avec plus de 68 000 voix. Avec un taux de participation de 99,93%. Ce qui signifie que sur plus de 71 187 électeurs inscrits dans cette province, seulement 07 personnes n’ont pas voté et seulement 07 personnes manquaient. Or, il y a une aberration, selon nos résultats », précise-t-il. A l’en croire, la vérité des urnes dans le Haut-Ogooué permet de voir que sur 71 187 électeurs répartis sur 207 bureaux de vote, le taux de participation observé sur 156 bureaux de vote était de 74% environ. « Et que le candidat Ali Bongo obtenait 24 910 voix, contre 3 990 voix pour Jean Ping. Donc, mathématiquement, le candidat Ali Bongo ne pouvait donc plus rattraper l’écart 60 035 voix creusé par Jean Ping. Et pour cela, il lui fallait rafler toute la mise des voix dans le Haut-Ogoué, avec 100% de taux de participation», fait-il savoir. 237online.com Ce qui, pour la Coalition, paraissait improbable, puisqu’il y avait bel et bien l’abstention dans cette province.