FÛTS ET BIDONS À TOUS LES PRIX

Venus des quatre coins du Cameroun, du Gabon et de la Centrafrique, des clients déboursent entre 500 et 420 000 F. Cfa pour un récipient.

La discussion est animée entre le client et le commerçant. Chacun essaie d’avoir l’avantage sur le prix. « Je veux un fût comme celui-ci », demande le client en caressant de sa main droite un récipient de couleur bleue de 250 litres. « Faites le prix mon père. Il coûte 20 000 F. Cfa », indique le commerçant au sourire charmeur aux lèvres. Le client propose 7 000 F. Le commerçant refuse. 9 000, 10 000 F et le commerçant secoue toujours la tête. « Ce sera 15 000 F ou rien », tranche-t-il. Le client fait semblant de partir, parcourt quelques mètres et revient sur ses pas.

Le fût est cédé et le commerçant affiche un large sourire. Au « marché bidons » à Nkolouloun à Douala, capitale économique du Cameroun, les commerçants proposent des fûts, bidons et réservoirs d’eau de toutes les contenances aux clients. Jean-Calvin alias « Sapman » vend des bidons dans ce marché depuis les années 1980.Al’époque, il suivait son papa, l’un des pères fondateurs du marché des bidons. A sa mort en 1992, Jean-Calvin a continué l’activité. Avec un chiffre d’affaires de plus de deux millions de Francs Cfa aujourd’hui, il vend des récipients à des clients venus de Douala, Bafoussam, Bertoua, Ngaoundéré, Ebolowa, du Gabon et même de la République centrafricaine (Rca). « Mes prix varient entre 500 F (bidon de 5 litres, ndlr) et 350 000 F. Cfa (réservoirs d’eau), confie le commerçant, assis au milieu de ses bidons.Mes clients viennent de partout au Cameroun ».
Pour un bidon de 20 litres par exemple, il faut débourser 2 000 F. Cfa ou 2 500 F pour celui de 25 L. Le prix des fûts va de 7 000 à 20 000 F. « Les fûts en plastique sont plus chers que ceux faits en aluminium. Leur contenance va de 60 à 250 L », explique Armand Ndjofad, un vendeur. Les réservoirs d’eau, encore appelés bacs ou barrons par les commerçants, utilisés dans les points de forages dans les quartiers, coûtent entre 70 000 et 420 000 F, selon leur état et le vendeur. Fankoua, un autre vendeur détaille : un réservoir de 1 000 L de contenance vaut 80 000 F, celui de 5 000 L, 420 000 F.

Ces commerçants qui s’approvisionnent dans des entreprises de fabrication d’huile végétale, les stations d’essence et chez certains particuliers rencontrent des problèmes au niveau de l’approvisionnement. « Il y a constamment des ruptures de stock des récipients. Mais, On s’en sort toujours dans ce commerce, assure un commerçant. Les clients venus du Gabon ou de la Rca paient bien ». Il précise que leur bénéfice varie entre 100 000 et 500 000 F lemois. Tenez par exemple : le prix d’achat d’un fût varie entre 5000 et 11 000 F. Cfa. « Nous pouvons gagner le double de notre prix d’achat par vente de bidon ou fût. Tout dépend du client », sourit Jean-Calvin.