camernews-franck-happi

Franck Happi sollicite l’arbitrage du Premier Ministre au sujet des élections à la Ligue de Football Professionnel du Cameroun

Franck Happi sollicite l’arbitrage du Premier Ministre au sujet des élections à la Ligue de Football Professionnel du Cameroun

Le candidat à la présidence de la Ligue dénonce le «non-respect des Statuts» dans le processus électoral.

Vendredi dernier Franck Happi, candidat à la présidence de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC) était face aux journalistes, dans la salle de conférence du Palais polyvalent des sports de Yaoundé. Le quotidien Mutations édition du 25 juillet 2016 rapporte que celui qui est opposé au Général Pierre Semengue, autre candidat à la tête de la LFPC, n’a pas caché sa frustration face aux «murmures d’intimidations du camp d’en face».  Ainsi a-t-il clairement exprimé son envie de voir Philemon Yang, le Premier Ministre, intervenir dans ce processus électoral qui d’après lui semble déjà faussé.

Accompagné entre autres de Saint Fabien Mvogo, le président de la Ligue régionale de football du Centre et président du club Eding FC Sport de la Lékié, Marthe Ngo Mouha (de son nom d’artiste «Dinaly») la promotrice de la mythique équipe de Dynamo de Douala, Franck Happi a fait des révélations étonnantes sur le déroulement de sa campagne électorale. «Faire campagne aujourd’hui est quelque chose de très compliqué. Nous subissons des pressions de partout. Des gens appellent au quotidien mes partisans pour leur demander pour quelles raisons est-ce qu’ils soutiennent le camp des Bamilékés», a-t-il déclaré.

Au sujet des manquements qu’il note dans ce processus électoral en cours, le président du conseil d’administration de l’Union Sportive de Douala dit: «nous sommes à six jours du scrutin. L’article 23 des règlements de la Ligue exige que l’ordre du jour ainsi que les états financiers du président sortant soient communiqués au plus tard huit jours avant la tenue de l’assemblée générale qui doit les adopter. Malheureusement mes collègues et moi n’avons toujours pas reçu le rapport des activités du président sortant jusqu’à présent. Ce n’est normal».

 

camernews-franck-happi

camernews-franck-happi