France/cameroun-décès de Patou Manga : l’icone de la mode rejoint l’éternité

La nouvelle est tombée comme un couperet, entrainant sur les réseaux sociaux une vague d’émotion et d’hommages. Le départ de Patou Manga pour l’éternité met ainsi en lumière la dimension humaine de l’homme qu’il a été.
Pour moi Patou Manga était un ami. Pour d’autres un frère, un cousin, un mari aimant un père attentionné, un grand professionnel de l’univers de la création de mode.
Cet homme sobre et de fière allure incarnait à lui tout seul le style, la finesse, la beauté et l’élégance au masculin.

Personne ne sait quand son heure viendra : la nature se montre imprévisible. Mais parfois, elle se montre impitoyable.

Peu de gens savent sans doute qu’avant de faire de la mode sa passion, celui qu’on a connu sous le label Patoustyle a été un footballeur de talent. Il a été sociétaire de Caïman de Douala et d’Olympique de Mvolié près de Yaoundé. Il a été plusieurs fois présélectionné chez les Lions Indomptables. Et il n’avait pas totalement rompu avec ses amours pour le ballon rond. Il y a quelques jours, c’est dans un stade qu’il a fait le malaise duquel il ne s’est pas relevé.

Patou Manga s’est en effet écroulé après quelques minutes d’échauffement dans un stade parisien. On lui a administré rapidement les premiers soins, avant qu’il ne soit pris en charge par les hommes du Samu, qui le conduiront dans un hôpital de la place.

En moins de 24 heures, il y subira deux opérations. On imagine Patou tenace et grand amoureux de la vie a lutté avec acharnement. Mais le sort en a décidé autrement. Il ne se relèvera pas. Dimanche en mis journée, son décès est annoncé.

Le monde de la mode porte le deuil, il pleure l’un des siens. La diaspora camerounaise est tétanisée, fortement affligée par ce brusque départ.
Patou, tu nous laisses comme héritage l’image d’un professionnel passionné par son travail et très éloigné de nos intrigues et querelles parisiennes.

Repose en paix cher ami, que la terre de nos ancêtres te soit légère.