France :: le parti communiste français méprise la révolution citoyenne ivoirienne et les africains

Chers tous, Décidément, l’intelligence collective d’une organisation historique peut aussi connaître un collapsus. Surtout quand un parti, se réduisant chaque année de plus en plus comme peau de chagrin à force de cuisantes désillusions, devient de plus en plus un débarqué de l’Histoire en marche.
J’ai découvert avec stupéfaction et déception, la singulière ignorance des réalités politiques africaines qui accompagne la prose anti-Soro du Parti Communiste Français, déversée dans le billet ci-dessous, que je cite in extenso:
« Macron ou la politique africaine rétrograde en marche !

Les propos lors du Sommet du G20 du président de la République concernant les pays africains sont inadmissibles. Dans un relent de malthusianisme archaïque, le chef de l’État qui se pique d’une soi-disant modernité rend notamment responsables les femmes africaines de l’absence de développement dans leurs pays et sur le continent. Cela relève d’une idée non seulement fausse mais méprisante.

Emmanuel Macron, en évoquant un « aspect civilisationnel » dans les problèmes que rencontrent les pays africains, s’inscrit dans la droite ligne des propos de sinistre mémoire tenus par Nicolas Sarkozy.

Alors qu’il dénonce les États africains faillis et les nombreux conflits sur le continent, son mouvement « En Marche » fait de l’Ivoirien Guillaume Soro un invité d’honneur à son congrès constitutif.

Il faut savoir que Guillaume Soro est un ancien chef « rebelle » qui a déstabilisé la Côte d’ivoire. Il est actuellement président de l’Assemblée nationale de ce pays marqué par la répression, les arrestations arbitraires et la détention illégale de plusieurs centaines de prisonniers politiques. Le nom de Soro est associé à différentes déstabilisations, y compris au Burkina Faso. Il a d’ailleurs été concerné par des procédures judiciaires en France pour des violences envers un de nos ressortissants et au Burkina Faso en relation avec la récente tentative de putsch visant la restauration du système Compaoré. guillaume Soro a également été mis en cause dans des rapports onusiens pour avoir acquis illégalement des centaines de tonnes d’armes !

Les progressistes des pays africains et européens sont appelés à construire des alternatives et des propositions politiques mutuellement avantageuses pour leurs peuples afin de rompre ainsi avec les politiques défendant les seuls intérêts privés qui s’accaparent les rênes du pouvoir, ici comme là-bas. Ce sera la meilleure réponse face aux propos méprisants d’Emmanuel Macron annonciateurs d’une politique africaine rétrograde et dangereuse. »

Voici donc les réactions que m’inspire ce billet incroyable de suffisance et de simplisme.

1°) Que le Parti Communiste Français, grand perdant traditionnel aux différentes consultations électorales de la démocratie française depuis sa naissance, se plaigne de la victoire démocratique du Président Emmanuel Macron en France, voila qui est fort compréhensible. Un parti qui n’a jamais pu gouverner en conscience la France est naturellement condamné à la suffisance des culpabilités attribuées aux tiers. L’aigreur et la colère bue des perdants attitrés de toutes les élections présidentielles françaises ne devraient pas se muer en défoulement psychanalytique sur les héros modernes des peuples africains. Les Communistes ont bien cheminé avec De Gaulle, « ancien chef rebelle » du 20 ème siècle français, qui a déstabilisé le régime de Vichy pour combattre l’idéologie nazie qui défigurait la France. Les mêmes communistes français ont besoin d’amnésie pour ignorer que l’ivoirité, ce fut le nazisme à l’ivoirienne, et Soro le De Gaulle ivoirien. Comme d’habitude, les idéologues gauchistes aiment à glorifier leurs héros rebelles. Et à flétrir ceux des autres…

2) Que le Parti Communiste Français se croit bon défenseur du boom démographique africain, voilà qui est tout aussi méprisant pour l’Afrique que la posture qui consiste à dicter aux Africains le nombre d’enfants à avoir. L’Afrique n’a droit, ni aux leçons de malthusianisme, ni aux leçons de bon-samaritanisme d’un parti Communiste Français qui contribua largement à la colonisation de l’Afrique par ses nombreuses implications dans les gouvernements et les lâchetés de la France coloniale, jusque dans la dérive capitaliste des années socio-démocrates qui ont préparé la désillusion de la gauche en 2017. IL appartient bel et bien aux gouvernements africains et aux sociétés civiles africaines de penser en responsabilité, leur rapport à la natalité, à la fécondité et à la mortalité infantiles.

3) Que le Parti Communiste Français en vienne à nier que l’Afrique, comme toute société humaine, est confrontée à de sérieux problèmes de civilisation, est d’une mauvaise foi aussi alarmante que celle de ceux qui nient à l’Homme Africain sa dimension historique. Les intellectuels africains n’ont besoin ni du Président Emmanuel Macron, ni des flatteries du Parti Communiste Français pour reconnaître l’existence d’un problème spirituel important au coeur des sociétés africaines contemporaines. Nous avons, à plusieurs occasions, souligné par nos travaux la crise des cultures africaines qui accompagnent et inspirent massivement les phénomènes de la pauvreté de masse, de la violence politique, de la sous-éducation, de la mal-gouvernance, de la dévastation écologique, à travers le continent. Une crise qui à notre sens vient essentiellement de la faiblesse des structures de la pensée critique et de la vie démocratique à travers le continent, avec en prime une perdition du Sens de l’Humain, tel que le définissait par exemple un Amadou Hampaté Bâ dans son ouvrage Aspects de la civilisation africaine.

4) Que le Parti Communiste Français, étonnamment amnésique quand il s’agit de parler de la crise ivoirienne, ignore que l’exclusion des Ivoiriens contre les Ivoiriens, à savoir l’ivoirité fut le détonateur d’une crise par ailleurs enracinée dans les problèmes fonciers, économiques, culturels et politiques de l’Etat de Côte d’Ivoire, voilà qui relève d’une plus affligeante incongruité encore. En faisant de Guillaume Soro le porteur de tous les maux de la Côte d’Ivoire, le Parti Communiste Français, qui prétend par ailleurs souscrire à la doctrine révolutionnaire de la lutte des classes, ignore que Guillaume Soro est le porte-étendard des exclus de son pays, des apatrides fabriqués par l’idéologie identitaire venue du PDCI-RDA et du FPI, et aujourd’hui en survivance larvée dans tous les familles politiques de ce pays. C’est Guillaume Soro qui incarne la lutte des défavorisés de Côte d’Ivoire, depuis ses années syndicales 90, jusqu’à son combat actuel pour le Pardon et la réconciliation autour d’un nouveau contrat social ivoirien, dans l’inclusion maximale et l’idéal panafricain assumés.

5) Guillaume Soro est un héros de la lutte anti-discriminatoire en Côte d’Ivoire. Et seul un Parti Communiste Français complètement embourgeoisé peut se dresser contre un révolutionnaire africain moderne. Guillaume Soro s’est battu pour que les Ivoiriens ne soient plus exclus en raison de leur patronyme, de leur religion ou de leur région d’origine. IL est le père de l’identification officielle et objective de tous les Ivoiriens. Guillaume Soro s’est battu pour que les Africains de Côte d’Ivoire ne soit plus méprisés, spoliés, piétinés, et assassinés en toute impunité. Au prix de longues et âpres négociations, il a conduit la Côte d’Ivoire aux premières élections démocratiques de l’après-indépendance. C’était en octobre et novembre 2010. IL est aujourd’hui le Grand Maître de l’Ordre ivoirien du Pardon et de la réconciliation, toutes catégories et partis politiques confondus.

6) L’irrespect de la chose jugée caractérise en outre les déclarations du PCF quand il pérore sur Guillaume Soro. Les affaires judiciaires sur lesquelles le Parti Communiste Français se fonde pour essayer de flétrir Guillaume Soro ont pourtant été disqualifiées par les appareils judiciaires des pays évoqués, qui ont tous renoncé, faute de preuves, à poursuivre leurs procédures inquisitoires contre le Chef du Parlement Ivoirien. Le prétendu mandat d’arrêt international burkinabé a été levé. Les poursuites ostentatoires de la juge française Sabine Khéris contre le régime Ouattara pour l’arrestation et l’incarcération de M. Michel Gbagbo ont également été suspendues.

7) Si le Parti du Président Français, Emmanuel Macron a donc réservé un accueil chaleureux au Chef du Parlement ivoirien, c’est en reconnaissance de sa valeur emblématique de leader de l’Afrique montante, qui est en marche de Nouakchott à Durban, d’Abidjan à Nairobi, de Windhoek au Caire, en passant par Kigali et Addis-Abéba. La France a tout intérêt à entrer en intelligence avec ceux qui représentent politiquement plus de 70% de la population citoyenne africaine: les jeunes dirigeants africains, dont l’audace de penser et de faire surprendra plus que jamais les appareils politiques aussi encroutés que le Parti Communiste Français.
Que le Parti Communiste Français tire profit de nos remarques pour quitter à temps la posture de mépris, d’arrogance condescendante et de légèreté intellectuelle qui commande depuis plusieurs décennies, bien de ses positions sur la politique ivoirienne en particulier et africaine en général. Les patriotes républicains d’Afrique et de France marcheront pour leur part aux côtés du leader générationnel africain, Guillaume Soro, qui a son destin national dans ses mains, dans celles du peuple et dans celles de Dieu, n’en déplaise au déclinisme internationaliste et matérialiste suranné, qu’incarne désormais le Parti Communiste Français!

Par Franklin Nyamsi
Professeur agrégé de philosophie,
Paris, France.
Le 27 juillet 2017