camernews-incendie-hotel-d-v-besancon-par-bertrand-teyou

France – Incendie de L’Hôtel de ville de Besançon: Bertrand Teyou avait menacé les employés de “tout faire brûler” il y a quelques jours

France – Incendie de L’Hôtel de ville de Besançon: Bertrand Teyou avait menacé les employés de “tout faire brûler” il y a quelques jours

L’écrivain avait tant déploré ses conditions de vie en France.

L’auteur d’un livre sur Chantal Biya, a incendié la Mairie de Besançon en fin de semaine. Même comme les motifs de cet acte criminel ne sont pas encore élucidés, il est clair qu’en 2014, Bertrand Teyou qui vit en exil en France depuis bientôt 05 ans, avait exprimé sa volonté de retourner au Cameroun. «Plutôt que de vivre en esclave chez vous, je préférerais vivre en épave chez moi», avait-il écrit au Ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

«En vivant de près le paradoxe de la France dite « pays d’accueil », la France de la fabrique des crimes, en plongeant dans la froide entreprise de la France humaniste qui familiarise ses immigrés africains avec l’inacceptable, on comprend que la guerre avec nos dictateurs supposés est une vaine bataille, on réalise, de la façon la plus complète, que le seul ennemi de l’Afrique est la France néocoloniale » écrivait-il en 2014 dans un courrier au ministre de l’intérieur. Pendant ses cinq ans années d’exil, Bertrand Teyou avait plutôt développé une haine pour son pays d’accueil, la France.

Bertrand Teyou (Image d’archives)
Photo: (c) Archives

En novembre 2010 Bertrand Teyou avait été emprisonné à Douala, après avoir publié un livre qui étalait le train de vie de Chantal Biya. Son livre, « La Belle de la république bananière : Chantal Biya de la rue au pouvoir », lui a valu une condamnation de deux ans de prison. L’intervention d’Amnesty International l’a fait sortir de la prison avant d’obtenir l’exil politique en France.

Plusieurs camerounais résidant en France ont condamné cet acte de Bertrand Teyou qui ternit l’image du Cameroun à l’étranger. «Je tiens à manifester mon incompréhension et ma colère face à cet acte criminel et insensé posé par ce réfugié politique camerounais que j’ai rencontré quelques fois. Monsieur Bertrand Teyou, vient par son acte d’entacher très négativement l’image du Cameroun dans cette partie du territoire français où vivent bon nombre de ses compatriotes », regrette Jean Body Zibi II, Président de l’association Franco-Camerounaise de Besançon.

 

camernews-incendie-hotel-d-v-besancon-par-bertrand-teyou

camernews-incendie-hotel-d-v-besancon-par-bertrand-teyou