France- Cameroun / diaspora: Nous ne devons pas être comptables de l’anarchie que mijote m. Biya !

Comparaison n’est pas raison, certes ! Mais les trajectoires de l’histoire des peuples ont très souvent été d’une forte similitude surtout lorsque ces derniers vivent sous une dictature féroce. En nous cantonnant dans l’espace africain, nous trouverons des exemples assez illustratifs tels que la Somalie de Syaad Barre, le Libéria de Samuel Doe, le Tchad de Hissène Habré, le Rwanda de Juvénal Habyarimana, le Burundi de Pierre Buyoya, Madagascar de Didier Ratsiraka, l’Ex-Zaïre de Mobutu, la Côte d’Ivoire de Konan Bédié, La Guinée de Lansana Conté, l’Egypte de Hosni Moubarak, La Tunisie de Ben Ali, la Centrafrique de François Bozizé… pour ne citer que ceux-là.
Le trait commun de ces dictatures, c’est inéluctablement le climat de fin de règne qui a abouti soit au décès du dictateur soit simplement à son renversement.
Dans les deux cas de figure, le pourrissement du tissu socio-politique savamment entretenu par la dictature en place était tel que le pays tout entier ne pouvait que trinquer. Avec la nuance que l’instabilité émanant du renversement dâ??une dictature est généralement perçue comme étant un mal pour le bien… alors que celle issue de la mort d’un dictateur est beaucoup plus liée à une guerre de clans de prébendiers assoiffés de pouvoir et prêts à tout pour le conserver.

Que l’on ne s’y méprenne pas, une dictature, ça laisse toujours des séquelles profondes, sauf peut-être lorsqu’elle se résout à passer la main. D’où la dimension salvatrice de l’ALTERNANCE à la tête de l’État.

Pour le cas du CAMEROUN qui se veut être une «République avec un système politique multipartite» , un diagnostic non complaisant effectué par tout esprit lucide tend à démontrer et même à confirmer que LA SEULE ET UNIQUE VOIE DE SALUT pour le Cameroun reste et demeure une ALTERNANCE PAR LES ELECTIONS LIBRES ET TRANSPARENTES, ce qui nous mène justement à la très épineuse question de ; comment organiser ces élections libres et transparentes dans notre pays, si ce n’est par la mise sur pied d’une Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI)…

D’où la convocation d’une Assemblée Générale Extraordinaire ( AGE ) par le CONSEIL des CAMEROUNAIS de la DIASPORA (CCD) prévue le samedi 02 juillet 2016 afin de débattre de ces questions hautement déterminantes pour l’avenir de notre cher pays le Cameroun.

Ainsi donc, nous sommes tous conviés à l’AGE du CCD qui se tiendra :

Date : Samedi 02 juillet 2016

Heure : 19h00
Lieu : AGECA, 177 Rue de Charonne 75011 Paris ( à 100 m du Métro Alexandre Dumas L2 en face de l’église )

Le Président du CCD,
Robert WAFFO WANTO