France. Benzema :”Deschamps a cédé à la pression d’une partie raciste de la France”

Mais quand cela s’arrêtera-t-il ? En plus de la cascade de forfaits qui touchent l’équipe de France (Varane, Mathieu, Diarra), Didier Deschamps doit faire face à de nombreuses polémiques extra-sportives dont il se serait bien passé.

 

Nouvelle preuve ce mardi soir avec l’interview accordée par Karim Benzema au quotidien espagnol Marca, dans laquelle il s’interroge sur les motivations qui ont poussé Didier Deschamps à ne pas le sélectionner pour l’Euro 2016.

« Il a cédé à la pression d’une partie raciste de la France, lâche l’attaquant du Real Madrid, déclaré non-sélectionnable à cause de son implication dans l’affaire de chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena. Il faut savoir qu’en France le parti extrémiste est arrivé au deuxième tour lors des deux dernières élections. Je ne sais pas, par conséquent, si c’est seulement une décision seulement de Didier, parce que j’étais bien avec lui, avec le président. Et bien avec tout le monde. »
« La France va se rendre compte qu’elle a été injuste avec moi »

« La France va se rendre compte qu’elle a été injuste avec moi, poursuit Benzema. J’ai eu la déception de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, mais l’Euro à la maison est encore plus dur. C’est l’une des plus grandes déceptions de ma carrière, sans aucun doute, mais après dans la vie j’ai eu des moments difficiles. Mais bon, il faut se relever, et je veux aller le plus loin possible dans ma carrière. On me critique beaucoup en France, moi, ma famille, mon entourage, mais si j’étais une mauvaise personne, mal conseillée, je n’en serais pas là aujourd’hui. Cinq années à Lyon, sept à Madrid, à gagner des titres. »
Ouvert à un retour en Bleu

Interrogé ensuite sur un possible retour chez les Bleus, Benzema a répondu par l’affirmative : « Bien sûr. Ils ont inventé une règle : non-sélectionnable, d’accord. Mais sur le plan sportif je ne comprends pas pourquoi et sur le plan judiciaire ils ne m’ont pas jugé, je ne suis pas coupable, parce qu’il faut attendre ce que dit la justice. Au moment où je serais sélectionnable, s’ils me veulent, pas de problème pour moi, j’aime le football et jouer avec ma sélection. »
« Valbuena a joué un rôle, il n’a pas dit la vérité »

Et de conclure par un tacle à Valbuena : « Dans cette histoire, l’unique personne qui sait ce qu’il s’est passé, qui sait la vérité, c’est Valbuena. Il a joué un rôle, il n’a pas dit la vérité, parce que tout vient de là. J’ai voulu l’aider, rien de plus, et l’histoire s’est retournée contre moi. »