Formation des ingénieurs au Cameroun: l’appui de l’Union européenne

Le programme Erasmus+ pour la mise en œuvre des standards occidentaux lancé mercredi dernier à Yaoundé.

Environs 646 millions de F. C’est le budget qui a été alloué au programme de l’Union européenne Erasmus+ pour la mise en œuvre des standards européens au bénéfice des formations d’ingénieurs au Cameroun. Pendant trois ans, les universités partenaires au niveau européen : l’Université de technologies de Troyes, l’Université de Mons en Belgique et la Technical university de Sofia en Bulgarie devront, contribuer au renforcement des capacités de l’enseignement supérieur camerounais par l’introduction d’une démarche de qualité fondée sur les normes de l’International organisation for standardization (ISO), et par l’introduction de nouvelles modalités d’enseignement basées sur les compétences, la créativité et l’innovation. Ce programme unit ces universités européennes à trois établissements camerounais (Ecole nationale supérieure polytechnique de Yaoundé I, Université catholique d’Afrique centrale et Institut Saint Jean). Il a pour principal objectif de « former et d’accompagner les équipes pédagogiques dans la construction de leur propre cursus ingénieur, un cursus camerounais aux standards internationaux », a souligné Timothée Toury, représentant et responsable scientifique de l’université de Troyes.
L’Institut Saint Jean a ainsi le privilège d’être compté parmi les écoles qui forment des ingénieurs. Il se positionne en tant qu’établissement pilote en matière d’élaboration et de mise en œuvre d’une démarche de qualité permettant de bénéficier de certifications internationales et d’améliorer la mobilité des diplômés et leur employabilité. A travers les formations reçues par Erasmus+, il entend former des ingénieurs de qualité et compétitifs sur le marché de l’emploi.