Force multinationale mixte: l’UE promet un appui de 32 milliards de F

L’information a été communiquée au cours de la première session ordinaire du dialogue politique structuré entre le Cameroun et l’Union européenne, tenue lundi à Yaoundé

 

La première session ordinaire du dialogue politique structuré entre le Cameroun et l’Union européenne s’est tenue lundi, 19 octobre 2015, à Yaoundé, capitale politique du Cameroun. La délégation de l’Union Européenne (UE) était conduite par l’ambassadeur, chef de mission Françoise Collet, et celle du Cameroun par le ministre des Relations extérieures (Minrex), Lejeune Mbella Mbella.

Parmi la demi-douzaine de sujets à l’ordre du jour, les questions de sécurité. Justement, l’augmentation de l’allocation en faveur du programme dénommé «Facilité, Paix pour l’Afrique» a été évoquée. Ainsi, le financement passe de 750 à 900 millions d’euros, soit environ 32 milliards de F en faveur de la Force multinationale mixte (FMM), créer pour combattre le groupe terroriste Boko Haram dans les pays victimes de ses exactions. Notamment le Cameroun, le Tchad, et le Nigéria.

 

Autre sujet évoqué au cours de ces assises, l’aide que l’UE apporte au Cameroun à travers le 11e Fonds européen de développement (FED). Cet apport (évaluée à 184 milliards de F), qui arrive à échéance en 2020 (deux ans avant l’expiration de l’Accord de Cotonou), a donné l’occasion aux deux parties de s’interroger sur l’avenir de leur relation après la fin de l’accord de Cotonou en 2022.

Sur la question de migration, également évoquée au cours des échanges, l’ambassadeur Françoise Collet a salué « la convergence de vue entre les deux parties sur les causes de la migration, liées à la pauvreté, l’insécurité et la gouvernance et les moyens pour y répondre tout en respectant les droits des personnes».