camernews-avocats-camerounais

Fonction publique: Vers une grève générale des fonctionnaires

Fonction publique: Vers une grève générale des fonctionnaires

L’exigence de l’augmentation des salaires au centre de cette menace réitérée par le vice-président de la Csp au cours d’une rencontre, hier mardi 25 mars 2014, avec la presse à Bamenda.

« Nous lançons un appel à l’endroit du gouvernement camerounais de revoir la misère qu’il a imposée au peuple en rétablissant non seulement les salaires d’avant 1993 des fonctionnaires mais aussi de les augmenter considérablement». Propos de Tassang Wilfred, premier vice-président de la centrale syndicale du secteur public du Cameroun (Csp), par ailleurs secrétaire général de la Cameroon teachers trade union (Cattu). Ce syndicaliste ne passe pas par quatre chemins pour indexer le gouvernement d’être responsable de la misère dans laquelle vit le fonctionnaire de nos jours. Cette extrême pauvreté a poussé même ceux qui avaient encore un brin de conscience à se jeter pieds et mains liés dans la pratique de la corruption, le détournement des deniers publics et autres perversions.

Pour lui, il est inadmissible que le gouvernement amasse des centaines de milliards et laisse à la merci des détourneurs des fonds publics au lieu de répartir cet argent dans le salaire des fonctionnaires. Ce qui mettrait ces derniers à l’abri des tentatives de corruption et détournement. « Nous apprenons que des centaines de milliards ont été détournés. Le gouvernement préfère-t-il amasser et mettre à la disposition des détourneurs au lieu de répartir dans le salaire des travailleurs ?», s’interroge-t-il. Et de tirer sa réflexion de la situation d’avant dévaluation de 1993 et partant, il fait un parallèle avec la situation économique et le pouvoir d’achat actuel. « En 1993, un sac de riz de 50kg coûtait six mille francs sur le marché camerounais, la même année, le budget du Cameroun était d’environ 700 milliards. En 1993 un enseignant à l’indice 740 avait un salaire d’au moins 450 mille francs. En 1993, les maîtres ou instituteurs d’écoles étaient tous des fonctionnaires et gagnaient de bons salaires. En 1993, toutes les écoles étaient pourvues des enseignants ; il n’y a avait pas d’école, pas de Ces, pas de lycée sans enseignant » remarque le premier vice-président du Csp.

95% d’Ivacs

Wilfred Tassang constate avec regret qu’ «en 2014, le sac de riz de 50 Kg qui coûtait 6 mille en 1993 est à 20 mille francs sur le marché camerounais de nos jours. Le budget qui était de 700 milliards en 1993 est passé à plus de 3000 milliards». Bien plus renchérit le secrétaire général du Cattu « en 2014, 95% des maîtres et instituteurs de nos écoles primaires sont des agents contractualisés ; ça veut dire qu’ils ne gagnent pas un bon salaire, ils ne peuvent grandir dans la profession, ils ne peuvent pas poursuivre des études de perfectionnement à moins qu’ils ne résilient leur contrat. En 2014, l’indice 740 gagne sensiblement 200 mille loin des 450 mille des années 1993». D’où l’enseignement au rabais dispensé de nos jours aux enfants dans les écoles. Et de se demander dans quel bateau le gouvernement camerounais mène ses citoyens. « Est-ce la science économique ou la science du vaudou ?». Toujours est-il qu’il a la conviction que «c’est de la sorcellerie »

A l’en croire, le gouvernement n’encourage pas suffisamment le secteur privé à générer l’économie. Vu sous ce prisme « c’est la fonction publique qui finance le marché et partant le secteur privé. Mais dès que les fonctionnaires n’ont pas de salaires, ça veut dire que le secteur privé ne peut pas fonctionner. Il faut que l’Etat le comprenne et agisse en conséquence». A la question de savoir ce que ferait la Csp au cas où le gouvernement reste sourd à cet appel, Tassang Wilfred brandit une menace de grève généralisée des fonctionnaires du secteur public « si nous avons encore des hommes d’Etat qui placent la peur de Dieu au dessus de toute considération, qu’ils essayent de remédier à la situation, sans quoi nous serons obligés de lancer un mouvement de grève généralisée à la fonction publique» conclut-il.

camernews-avocats-camerounais

camernews-avocats-camerounais