Femmes. Le sport booste la mémoire mais seulement quand on le pratique à ce moment précis

L’exercice n’est pas seulement un excellent moyen pour tonifier son corps, il a aussi des bienfaits insoupçonnés sur nos capacités cérébrales. Une récente étude nééerlandaise va même jusqu’à avancer que le sport boosterait notre mémoire, à condition d’exercer à un moment bien précis.

 
Si la pratique d’une activité physique nous aide à maintenir notre corps en bonne santé et à le muscler, de nombreuses recherches ont prouvé par le passé que ce n’était pas son unique bienfait. Diminution du stress et des symptômes de dépression, renforcement du système immunitaire, développement de la créativité, gain de confiance en soi… le sport a des vertus et elles sont nombreuses.

Mais saviez-vous que se dépenser permettait également de décupler sa mémoire ? Si ce lien a déjà été prouvé par différentes études, on sait maintenant que l’on ne devrait pas s’exercer directement après avoir fait fonctionner ses capacités cérébrales mais quatre heures plus tard. C’est en tout cas ce qu’affirme une récente étude menée par l’Université Radboud de Nimègue (Pays-Bas) publiée dans le journal Current Biology.

Pour aboutir à cette conclusion, les scientifiques ont étudié 72 volontaires, hommes et femmes. Après leur avoir demandé d’effectuer un travail de mémorisation consistant à associer une image à un lieu, les cobayes ont été divisés en trois groupes. Le premier est resté inactif pendant que le deuxième faisait une séance de vélo, directement après l’exercice mental. Le dernier groupe a, quant à lui, attendu quatre heures avant de pédaler.

Deux jours après, les scientifiques ont soumis les participants de l’étude à un test de mémoire sous IRM, durant lequel ils devaient restituer l’apprentissage de l’avant-veille. Le but : déterminer quel groupe s’est souvenu le plus facilement des données récemment apprises.

Le sport, garant de notre mémoire

Ainsi, comparées aux personnes ayant pratiqué directement après l’exercice, ceux ayant attendu quatre heures ont obtenu de meilleurs résultats : ils ont retenu plus d’informations mais ont également témoigné d’une plus grande précision. La raison ? L’activité physique favorise la production d’hormones comme la noradrénaline, un neurotransmetteur jouant un rôle essentiel dans le processus d’attention. Enfin, en ce qui concerne le groupe inactif, il a montré les résultats les plus décevants.

« Nos résultats suggèrent qu’un effort physique pratiqué au bon moment après avoir acquis de nouvelles connaissances peut améliorer la mémoire à long terme « , constate Guillén Fernandez, qui a dirigé cette étude.  » Ces découvertes soulignent en outre le potentiel de l’exercice physique dans les domaines médicaux et de la formation.  »

Mais le chercheur préfère rester prudent et envisage de faire de nouvelles recherches. Car malgré ces résultats encourageants, reste à savoir maintenant pourquoi ce délai de quatre heures et si avec un délai inférieur, on obtiendrait des résultats identiques. En attendant, rien ne nous empêche de chausser notre paire de baskets pour aller se défouler !