camernews-bakary

Extrême-Nord: Kolofata débordée par les arrivées de réfugiés, le gouverneur Midjiyawa Bakary demande au Nigeria de prendre ses responsabilités

Extrême-Nord: Kolofata débordée par les arrivées de réfugiés, le gouverneur Midjiyawa Bakary demande au Nigeria de prendre ses responsabilités

Depuis quelques mois, cette ville enregistre des arrivées massives des populations fuyant les exactions de Boko Haram.

Elles sont quasi-quotidiennes depuis plusieurs semaines. La ville de Kolofata dans la Mayo-Sava est très sollicitée par des réfugiés qui affluent par vagues successives. Dans son numéro du 23 juin 2017, L’Œil du Sahel renseigne que leur nombre est très vite passé de 182 à 937.

Un nombre qui s’ajoute aux 19 600 personnes déplacées internes réparties sur 28 sites de la ville. « Le seul site du lycée de Kolofata accueille 4920 personnes venues principalement des localités de Greya, Aldjé, Wawouli, Wavouze, Bamé. Bilan des courses, la bourgade semble désormais débordée », lit-on.

Ces populations fuient des exactions du groupe Boko Haram. Mais elles arrivent dans une ville devenue l’une des cibles principales des terroristes ces derniers jours. Notre confrère renseigne qu’en dix jours de jeûnes du Ramadan, pas moins de 15 attaques se sont produites à Kolofata. La dernière en date qui s’est déroulée le 21 juin, a fait au moins 10 morts et une trentaine de blessés.

La recrudescence des attaques s’observe d’ailleurs depuis le début des arrivées de ces réfugiés, constitués en majorité de femmes âgées et d’enfants. Les habitants de Kolofata s’en méfient de plus en plus, surtout que les femmes et les enfants sont ceux qui commettent le plus souvent des attentats.

Le trihebdomadaire fait remarquer que cette situation traduit la fragilité de la sécurité aux abords des frontières Cameroun et Nigéria. En compagnie du Commandant de la 4è région militaire, le général Valère Nka, du général Bouba Dobekréo de la Force Multinationale Mixte entre autres, le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord est descendu récemment sur le terrain. Midjiyawa Bakary voulait toucher du doigt la réalité.

A ce sujet, des divergences existent entre le Cameroun et le Haut-Commissariat aux Réfugiés. Alors que les pouvoirs publics encouragent le retour rapide des réfugiés nigérians, le HCR s’y oppose en mettent en avant les résolutions d’une tripartite Cameroun-Nigeria-HCR. Lesquelles résolutions parlent plutôt de retours volontaires.

Pour le gouverneur, il est important que les réfugiés regagnent rapidement le Nigeria. « Ce sont pour la plupart des jeunes enfants et des veilles personnes. Là où ils sont installés ne sous semble pas approprié. Il n’y a pas de toilettes, pas d’alimentation suffisante. Ils sont pour la plupart à l’ombre des arbres », constate Midjiyawa Bakary qui se demande ensuite « Pourquoi le Nigeria ne s’organiserait-il pas pour les recevoir sur place ? Le Nigeria c’est quand même 36 Etats et ce n’est que 3 qui sont en guerre », souligne-t-il.

Aussi, le gouverneur a-t-il donné une semaine aux responsables locaux du HCR de prendre langue avec les autorités nigérianes afin de trouver une solution. « A partir du 15 juillet, nous allons organiser des rapatriements de ces personnes en collaboration avec les responsables du HCR Nigeria et Cameroun », a prévenu le patron de la région.

camernews-bakary

camernews-bakary