Evénements de Buea: Maurice Kamto condamne la répression policière

A travers un communiqué, le président du Mrc demande également le départ du recteur de l’Université de Buea.

Lundi dernier, les étudiants de l’université de Buea ont décidé d’organiser une marche au sein du campus de cette institution pour poser un certain nombre de revendications. Cette manifestation a été réprimée par la police avec une brutalité qui a choqué à travers le pays et même à l’extérieur. Les réactions n’ont pas cessé de fuser depuis ces événements. 237online.com « Après m’être exprimé le 23 novembre dernier, sur les évènements qui ont secoué la Région du Nord-Ouest, et notamment de Bamenda, c’est, une fois de plus, avec beaucoup de peine que je m’adresse à vous, au sujet de la répression policière sauvage de la manifestation estudiantine, du 28 novembre 2016, sur le campus de l’université de Buea, chef–lieu de la Région du Sud –Ouest », déclare Maurice Kamto, le président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, pour introduire le communiqué qu’il a publié hier en réaction

à ce qui s’est passé à Buea. Pour Maurice Kamto, il est tout à fait du droit des étudiants de manifester de façon pacifique pour poser des problèmes relatifs à leurs études. Dans le cas échéant, il s’agissait du versement de la prime d’excellence accordée par le Chef de l’État et de l’arrêt de l’exigence de payer 10 000 F.Cfa supplémentaire pour les étudiants qui s’inscrivaient en retard. « La violence inouïe infligée par des forces de sécurité à des étudiants interroge sur la qualité de la formation donnée à tous ceux qui sont en charge du maintien de l’ordre dans notre pays, et la place qui est accordée dans leur formation à la compétence morale, et plus généralement, au respect des droits de l’homme. La systématisation de tels actes doit préoccuper le Gouvernement au plus haut niveau », affirme le président du Mrc. Tout en condamnant ces actes de violence, le Mrc propose l’ouverture d’une enquête afin que les coupables soient sanctionnés. Mais déjà il indexe le responsable de l’institution : « Le Vice-Chancellor de l’Université de Buea doit démissionner ou être démis de ses fonctions au plus vite ». Le parti dit se tenir au côté des étudiants qu’il exhorte d’ailleurs, notamment les victimes de la barbarie policière, à saisir les tribunaux afin que leurs bourreaux et leurs donneurs d’ordre soient punis.