Euro 2016. Allemagne – Italie : Et à la fin, aux tirs au but, c’est la Mannschaft qui gagne…

EURO 2016 – L’Allemagne s’est qualifiée pour les demi-finales en battant l’Italie à l’issue d’une séance de tirs au but complètement folle samedi soir, à Bordeaux. Les deux équipes étaient à égalité un but partout à l’issue des 120 minutes de jeu. Les Allemands ont raté trois tirs au but, les Italiens quatre…

 
L’Allemagne est en demi-finale de l’Euro. Obligée de disputer une séance de tirs au but absolument irrespirable face à l’Italie d’Antonio Conte, samedi soir à Bordeaux, la Mannschaft a finalement eu le dernier mot face à cette valeureuse équipe italienne, qui l’a accrochée pendant 120 minutes (1-1, 6-5 tab). Avant d’en arriver aux tirs au but, l’Allemagne avait trouvé l’ouverture grâce à Mesut Özil à la 65e minute, avant que Leonardo Bonucci n’égalise sur penalty à la 78e minute.
Il a fallu attendre les neuvièmes tireurs pour trouver un vainqueur à cette rencontre loin d’être aboutie techniquement mais très élevée tactiquement. Manuel Neuer a sorti la frappe de Matteo Darmian, avant que Jonas Hector, novice au niveau international, ne trompe Gianluigi Buffon et envoie à nouveau son pays dans le dernier carré en Championnat d’Europe, le huitième dans l’histoire de l’Allemagne. Les champions du monde en titre y attendent donc le vainqueur du dernier quart de finale qui opposera la France à l’Islande, dimanche soir au Stade de France.

Manuel Neuer ce héros

Il a fallu attendre la seconde période de ce troisième quart de finale pour voir cette rencontre très fermée se décanter quelque peu. Usée physiquement à l’heure de jeu, comme face à l’Espagne en huitième de finale, l’Italie, impériale jusque-là en défense avec son trio Barzagli-Bonucci-Chiellini, absolument impeccable, a commencé à donner le bâton pour se faire battre. Après avoir mis en échec les quelques tirs allemands, qui avaient dû attendre la 41e minute pour allumer la cage de Gigi Buffon pour la première fois de la rencontre, la Squadra a finalement craqué après l’heure de jeu suite à un mouvement orchestré sur le côté gauche par Mario Gomez et Jonas Hector et conclu impeccablement par Mesut Özil (65e), auteur de son premier but de la compétition. Alors que l’équipe de Joachim Löw commençait à prendre le pas dans tous les secteurs du jeu, l’Italie a trouvé le moyen de ne pas mourir. Elle a mis à profit un contre très bien négocié pour obtenir un penalty, suite à une intervention maladroite de Jérôme Boateng qui a repoussé un centre italien avec son avant-bras. Leonardo Bonucci, qui n’avait jamais tiré un penalty de sa carrière, est allé battre Manuel Neuer pour emmener son équipe en prolongation (78e). Surtout, ce premier duel dans la surface de réparation a été annonciateur de la suite des événements. Entretemps, la Mannschaft a perdu Sami Khedira et Mario Gomez sur blessure ainsi que Matts Hummels, qui sera suspendu pour la demi-finale après avoir reçu un carton jaune qui a porté à débats. Didier Deschamps a probablement noté ce détail dans son calepin. Impeccable tout au long de la rencontre, notamment lors de la prolongation où il a stoppé le tir de Lorenzo Insigne (113e), qui s’est procuré la seule grosse occasion italienne de cette prolongation, Neuer a ensuite envoyé son pays au paradis. Sur les trois tirs au but loupés, le portier du Bayern Munich n’en a stoppé qu’un, celui du pauvre Matteo Darmian. Mais il a stoppé le bon et ainsi mis fin à l’insuccès historique de l’équipe d’Allemagne face à l’Italie en compétition majeure (4 éliminations en match à élimination directe et aucune victoire en 8 rencontres). L’Allemagne de Löw a donc été plus forte que toutes les malédictions. Immense.