camernews-Etoudi

ETOUDI : DES BRUITS DE BOTTES AU SEIN DE LA GESTION INTERNE

ETOUDI : DES BRUITS DE BOTTES AU SEIN DE LA GESTION INTERNE

Les femmes embauchées pour renforcer la cuisine pendant le sommet du COPAX n’ont pas perçu l’intégralité de leur argent. Imbroglio sur le fonctionnement à contre courant des 03 intendants. Que se passe t-il ?

Depuis un certain temps, les dysfonctionnements qui ont cours au Palais de l’unité où vit le couple présidentiel Paul et Chantal n’en finissent plus d’étonner l’opinion publique nationale. Le sérieux et le positif ne sont plus les choses les mieux partagées dans cet univers qui devrait servir d’exemple ou de modèle Républicain. En dehors de l’administration et des affaires confidentielles du couple présidentiel, le personnel affecté à l’intendance serait le théâtre des nombreuses indélicatesses qui ternissent sans doute l’image de ce lieu sacré du peuple Camerounais. Cela dit, les nouvelles peu élogieuses en provenance du Palais de l’unité jettent dans le buisson obscur des intendants qui ne seraient pas en parfaite harmonie à cause des intérêts financiers des uns et des autres.

Pourtant les rôles de ces 03 personnalités qui s’occupent de la vie privée de Paul Biya sont bien définis d’avance et chacun en ce qui le concerne, sait pouvoir servir de modèle de société.

Qui est le vrai intendant du Palais de l’unité ?

Cette question embarrassante intervient au moment où des sources bien introduites font état de la dégradation et la vétusté de certaines installations visibles dans les appartements du prince. Les postes de commandements où sont postés les éléments de la sécurité auraient des toilettes endommagées, certaines ampoules sont grillées et ne sont pas remplacées. Qui sont les véritables responsables dans ce domaine ? De l’autre côté du fleuve, les femmes appelées en renfort pour la cuisine pendant le sommet du COPAX, où les hôtes de marque et leurs suites ont été bien reçus avec des repas délicieux. Ces femmes qui défilent au Palais tous les jours seraient aux abois pour n’avoir pas perçu intégralement leurs dus et pourtant tout est bien organisé de ce côté.

S’agit-il d’une simple campagne de dénigrement contre ces responsables ou bien c’est la réalité ? Pourquoi faudra t-il attendre la veille d’un grand événement pour que l’entretien du Palais présidentiel se passe précipitamment à l’exemple des toilettes du poste de commandement qui étaient bouchées et ont été arrangées la veille ? Entre temps à quoi servent les fonds alloués à cet effet ? Autant d’interrogations qui nécessitent que lumière soit faite sur les responsabilités des uns et des autres sur les rôles des intervenants de la chaine.

Murmures et tensions au sein du personnel

Le personnel en service à l’intendance du Palais de l’unité et non moins les mieux nantis ne s’y cachent pas. Les traitements et les méthodes de travail ne seraient pas proportionnels à ce qu’ils perçoivent. Leurs revendications vont jusqu’aux heures supplémentaires et les permanences qui ne sont pas prises en compte. Parfois, avoir une bouteille d’eau minérale semble être un exploit d’après les sources concordantes et pourtant chaque intendant gère un budget bien spécifique selon le volume de ses responsabilités. D’autres indiscrétions soutiennent même que les deux adjoints gèrent des enveloppes colossales notamment le chargé d’affaires internes et des dépenses courantes, le chargé des problèmes techniques et équipements, l’intendant principal des Palais et pavillons présidentiels n’assure que la coordination.

Face donc à ce que nous pouvons appeler mafia au sein du Palais, où vont donc les fonds alloués et mis à la disposition de l’intendance ?

Paradoxe

Au moment où le président de la République et son gouvernement combattent la pauvreté et la vie chère au Cameroun avec le chômage des jeunes qui impose matière à réflexion, on constate avec effarement que les personnalités de l’intendance de la présidence de la République font plutôt le contraire en confiant la décoration des salles de banquet du Palais de l’unité aux expatriés pendant les cérémonies. Les Camerounais ne sont-ils pas assez habiles pour faire ce genre de besogne et bénéficier de la générosité de leur pays ? A l’heure où le Tribunal Criminel Spécial expose sur le podium tous ceux qui ont porté atteinte à la fortune publique, il est temps que certains responsables de la présidence de la République répondent de leurs actes devant la justice ; notamment, les deux intendants adjoint qui manipulent quotidiennement les espèces sonnantes et trébuchantes prévues pour les dépenses internes et courantes. Les exemples de gestion et de gouvernance doivent venir d’en haut dit-on souvent.

 

camernews-Etoudi

camernews-Etoudi