camernews-etoo

Eto’o mobilise des fonds contre Boko Haram

 

Eto’o mobilise des fonds contre Boko Haram

L’ex-capitaine des Lions Indomptables a lancé mardi à Londres une levée de fonds, en partenariat avec Oxfam et le Haut-commissariat aux réfugiés. Environ 912 000 000 Fcfa collectés.

Samuel Eto’o Fils est vraiment remonté contre ce qu’il appelle « la communauté internationale » par rapport à son indifférence sur ce qui se passe dans la région de l’Extrême- Nord de son pays. Mardi dernier, il a accordé une interview à nos confrères de Jeune Afrique. Une interview plutôt correcte. Dans cet entretien, il explique avec forces détails l’urgence d’une solidarité agissante en faveur des déplacés, victimes des atrocités de Boko Haram. Il ne s’est pas contenté des discours. Il a organisé à Londres, une levée de fonds, en partenariat avec Oxfam et le Haut-commissariat aux réfugiés. Il a même fait venir des célébrités comme Manu Dibango, Maître Gims, Omar Hamidou Tchiana, ministre des Mines nigérien.

Au terme de la soirée, plus de 100 000 livres sterling soit environ 912 000 000 Fcfa ont été collectés. Sur sa motivation à organiser cette opération dénommée « Yellow whistle blower FC », « club des sifflets jaunes », Samuel Eto’o explique que face à l’indifférence de la communauté internationale, « il fallait que (nous), Africains, en parlions, que nous essayions de sensibiliser nos frères. Je ne veux pas me poser en donneur de leçons mais c’était frustrant pour un jeune Africain comme moi de constater ce manque. Nous avons vu les attentats de Charlie Hebdo en France et le soutien que l’Afrique et ses chefs d’État ont apporté à nos frères français et nous ne comprenions pas comment, à l’inverse, le terrorisme pouvait frapper chez nous et laisser insensible le reste du monde », dénonce t-il.

Le meilleur joueur d’Afrique de tous les temps semble même maîtriser la dimension diplomatique de cette guerre. « On a vu le président François Hollande s’asseoir autour d’une table avec nos chefs d’État, que s’est-il passé concrètement sur le terrain ? », s’interroge t-il, avant de conclure que « nous ne pouvons pas tous aller au combat, mais chacun peut apporter son aide, notamment au niveau de l’éducation des populations, qui reste l’arme la plus redoutable ». C’est ici que la star du football étonne en posant un vrai diagnostique digne des géostratéges: « Quand on regarde les jeunes Camerounais qui deviennent des kamikazes de Boko Haram, il faut comprendre que l’ignorance est notre principal ennemi ».

Il insiste : « Il faut surtout que nous améliorions l’éducation des populations. Encore une fois, c’est l’ignorance qui permet la manipulation ». Le footballeur n’écarte même pas une décente sur le terrain à la rencontre de ces déplacés. Mais il se défend par deux fois de faire de la politique.

 

camernews-etoo

camernews-etoo