ETO’O FILS REBELLE

 

ETO’O FILS REBELLE

À vos ordres *S.E.F ! Prononcez «CHEF»

Capi, Big moni, Aloga, Mbombok ndamba, Peuple, Pichichi, Goléador, les réseaux sociaux frisent la crise de nerf. Oui S.E.F (Samuel Eto’o Fils) l’idole a encore fait des siennes. Ce gars exagère… Il donne aux de gens des heures de mauvais sommeil. Oui ! Samuel Eto’o a le chic d’énerver la planète des tifosi africains et du monde entier. C’est cela être une star.

Les commentateurs sportifs verts de rage ne maitrisent pas leur déception. Au Cameroun quand on en peut plus de ton arrogance, on te renvoie dans les cordes des clichés ethniques. Que voulez-vous ? Le sang bassa toujours prêt à faire la révolution même dans les équipes de foot. C’est un rebelle. L’esprit de Nkonmondo et de New-bell ne le quittera jamais. Tous ses millions ne l’ont même pas changé un peu. On ne se gêne pas dans le petit commentaire tribal.

Ce petit bassa teigneux, bourré d’orgueil est toujours prêt à déclencher la bagarre à la moindre contradiction. Il n’a qu’à partir. Il croit qu’il va commander tout le monde parce qu’il a l’argent ? Le drame c’est bien que Samuel Eto’o écoute tous ces ragots, gossips et kongossa qui lui sont rapportés par le menu détail et en est affecté. Qu’est-ce qui lui reste à faire quand il se trouve incapable de se défendre ? Il fait ce qu’il sait le mieux faire dribler ses adversaires, planter son but et vous laisser seul digérer la correction.

Le scénario est le même depuis qu’il est rentré dans le gotha planétaire des grands footballeurs. Samuel Eto’o est resté 100% camerounais dans l’esprit, le verbe et les réactions. Il est à notre image c’est un camerounais. Chez nous l’élévation sociale est tellement difficile que ce sont les ministres qui se sont accaparés le statut de star locale. Peut-on parler à nos ministres n’importe comment ?

Ne doit-on pas leur servir du « Votre Excellence » à chaque fois qu’on leur adresse la parole ? Où et comment font-ils preuve de la moindre humilité dans leurs attitudes, déclarations, et rapports aux autres camerounais ? Qu’ont-ils fait de particulier pour mériter de la nation ? Mais on leur doit honneur et haute considération rien que pour un titre, une fonction.

Qu’ils soient ou non spécialistes du département ministériel dont ils ont la charge qui leur en fait grief ? On écoute comme parole d’évangile leur choix, leurs décisions. Sont-ils eux toujours justes et équitables dans le choix de leurs collaborateurs pour intégrer leurs équipes ? Cherchent-ils les plus affutés ou alors préfèrent-ils appeler dans leur sélection, des amis, des proches ? Samuel Eto’o fonctionne comme la société qui l’a moulé, et notre football vit dans notre société.

On s’attend à quoi quand les adultes en charge du football se comportent comme des bandits incapables de prêcher par l’exemple à toute une jeunesse sportive bourrée de talents ? Ceux qui sont au sommet aiment mener bon train. Ils aiment aussi faire valoir leur statut et leurs prérogatives. Ils se comportent comme nos politiques.

Et pourtant pour ce qui est du sport, le vrai celui qui produit des champions de haut niveau. Le statut ne se gagne par par une nomination. Le mérite et le succès se gagnent par le talent et l’expérience dans la discipline sportive. Du coup Samuel Eto’o se demande, en camerounais normal qu’il est, pourquoi moi qui ait réussi plus que tout ce monde autour de moi, dois-je toujours faire des efforts ?

Ils ne m’écoutent pas, colportent mes propos et mes intentions. Pire ils se contentent de la médiocrité ambiante qui a détruit notre joyau national qu’est le football Camerounais. La relation de Samuel Eto’o avec son pays est un feuilleton à plusieurs épisodes. Nous jugeons souvent le dernier épisode qui nous déplaît et qui le met à la une de l’actualité. Lui de son côté fait la comptabilité de ce qu’il nous a demandé de changer pour améliorer notre football et que nous négligeons de faire en temps utile.

Sa demande n’est pas pas servie, et nous sommes toujours prompts à lui demander de nous satisfaire dans des conditions de travail qu’il trouve médiocres et non épanouissantes pour la sélection nationale. Comment voulons-nous que ce quiproquo permanent ne créé pas des ruptures ? Les agissements de Samuel Eto’o sont le fruit des frustrations et des incompréhensions cumulées depuis plusieurs épisodes dans sa relation avec la sélection. C’est pour cela que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Allez Sam, revient on t’aime, il y croit il revient puis il constate que rien n’a changé.

Si on a changé l’entraineur une énième fois. On a pris une fois encore un inconnu qui n’a jamais coaché une superstar. La fécafoot est à feu et à sang, on se bat à coup de poing là-bas. Le principal dirigeant est en prison. Il y a une suspension à la Fifa. On a perdu des places dans le classement Fifa. Les primes n’ont jamais été payées depuis. Voilà le nirvana dans lequel un multimilliardaire qui est au plus grand soin dans clubs étrangers doit évoluer. Qui de lui ou de nous n’a pas fait son travail pour assurer le statut et la réputation des lions indomptable ? Et on s’attend à ce que ce jeune homme reste impassible et ne fasse que ce qu’on lui demande, marquer des buts ? Cela ne se passe pas comme cela, la preuve….