États-Unis – Présidentielle 2016: Hillary Clinton améliore de 3 points son avance sur Donald Trump après leur débat

La démocrate recueille 43% des intentions de vote des électeurs susceptibles d’aller aux urnes, contre 40% pour le républicain, selon ce sondage réalisé pour la chaîne Fox News.

Hillary Clinton a amélioré son avance sur son rival dans la course à la Maison-Blanche Donald Trump depuis leur débat de lundi, avec un écart de 3 points, selon un sondage réalisé pour la chaîne Fox News et publié vendredi 30 septembre 2016. Elle avait recueilli 41% des intentions de vote et Trump 40% dans un précédent sondage réalisé pour la même chaîne avant le débat.

La démocrate a aussi amélioré son score depuis le débat dans les États clés, qui peuvent basculer dans un camp ou dans l’autre, selon d’autres sondages, a-t-on appris. Ce sondage a été réalisé par téléphone auprès de 1 009 Américains inscrits sur les listes électorales, dont 911 susceptibles d’aller voter, entre le 27 et le 29 septembre. La marge d’erreur est de plus ou moins 3 points de pourcentage.

L’élection présidentielle américaine de 2016 permettra d’élire le 45e Président des États-Unis qui entrera en fonction le 20 janvier 2017. Ce sera la 58e élection présidentielle américaine depuis 1788. Investis par leurs partis respectifs, Donald Trump (Républicains) et Hillary Clinton (Démocrates) sont les deux principaux prétendants à la succession de Barack Obama, au pouvoir depuis 2009.

C’est la première fois qu’une femme est investie candidate par l’un des deux grands partis historiques américains (Clinton étant, de surcroît, une ancienne première dame des États-Unis). Le profil de son principal adversaire, Donald Trump, est également atypique: riche homme d’affaires et présentateur d’une émission de téléréalité, celui-ci n’a jamais occupé de fonction publique, politique ou militaire.

Autre fait marquant: si les deux candidats agrègent des publics très différents l’un de l’autre (alors que Clinton ramène à elle l’électorat féminin ou celui des minorités ethniques, Donald Trump doit en grande partie sa popularité aux électeurs de sexe masculin, blancs et sans diplôme universitaire – catégorie représentant quasiment la moitié du collège électoral américain), ils doivent conjointement faire face à un taux de popularité anormalement bas, aussi bien dans l’opinion générale qu’au sein de leur propre famille politique.

Par ailleurs, ils sont les deux candidats les plus âgés à entrer en campagne après Ronald Reagan en 1984.