Escroquerie : Quand le chômage des uns crée l’emploi des autres

La grande arnaque dont se plaignent les chercheurs d’emploi, ce sont les frais d’ouverture de dossier. Avec des montants allant parfois jusqu’à 50.000 francs Cfa par personne, pris pour frais d’études de dossier ou pour frais médicaux.

Le secteur du recrutement est devenu un véritable marché pour les arnaqueurs. Ceux-ci développent des trésors d’intelligence et diverses méthodes pour attirer les chercheurs d’emploi.

Les escrocs peuvent, par exemple, copier de véritables offres sur les plateformes de recrutement, comme sur Jumia Jobs. Les faussaires partagent ensuite ces annonces d’emploi sur d’autres canaux comme WhatsApp, Facebook, Twitter, LinkedIn, etc. et affirment être chargés de la présélection des candidats. Présélection qui prévoit une série de tests, pour lesquels le postulant devra, bien entendu, payer.

Toujours sur cette méthode, certaines plateformes web de recrutement ont interdit l’accès direct à leur plateforme. Pour publier une offre désormais, il faut être une entreprises reconnue et l’offre doit être validée par l’équipe en charge du site.