camernews-Enam-Yaounde

Entrée à l’Enam: Des candidats non admis en salle crient à l’injustice

Entrée à l’Enam: Des candidats non admis en salle crient à l’injustice

Samedi 31 mai et dimanche 1er juin 2014, se sont déroulées les épreuves du concours d’entrée à l’Enam pour la spécialité de Darf. Seulement, tous les candidats n’ont pas pu composer comme convenu.

Dimanche 1er juin 2014 est la dernière journée de composition pour les épreuves écrites d’entrée à l’Enam, spécialité Division administrative des régies financières (Darf). Malheureusement pour Pierre, il n’aura pas eu la chance, comme certains autres de ses camarades, de présenter ledit concours. Pourtant, il a déposé avant les délais prescrits, des dossiers complets pour pouvoir présenter le concours. Son récépissé de dépôt de dossier le prouve d’ailleurs suffisamment. Dimanche dernier, aux environs de 7h15, c’est en désespoir de cause que Pierre passe un coup de fil à son père pour l’informer de ce qu’il n’est pas autorisé à entrer en salle. « Ils me disent ici qu’il n’y a plus de place pour moi », indique-t-il à son parent.

Chose assez curieuse, si tant est que, à chaque candidat, est attribué un numéro précis. Numéro qui sert également dans leur classification par salle et par table. En principe, dans cette phase préparatoire, chaque candidat devrait avoir un numéro de table sur son nom. Ça n’a pas été le cas pour certains candidats. Ils expliquent : « lorsque les listes provisoires ont été affichées, nous nous sommes rendus à l’Enam pour vérifier que nos noms y figuraient bien. Après, il a fallu afficher les listes définitives, mais, nos noms ne s’y retrouvaient pas. En conséquence, nous n’avons pas non plus eu de numéros de tables, donc pas de salles officielles. Nous l’avons fait remarquer à l’Enam qui nous a promis que nous pourrions néanmoins venir composer ce jour-là, muni de nos récépissés et cartes nationales d’identité. Ce que nous avons fait ».

Retard ou mauvaise organisation?

« Après tout ce n’est pas de notre faute si quelque part le travail a été mal fait et que certains noms ont été omis de la liste définitive. Même si nous savons que c’est un concours d’accès difficile, nous souhaitons au moins composer avant d’échouer », soutiennent certains candidats. Approché, Cyril Atem, responsable de la communication à l’Enam parle de balivernes, même s’il ne nie pas totalement les faits : « ça peut être des cas isolés. Ce sont certainement des candidats qui ne sont pas venus voir leurs noms, identifier leurs sites et salles à l’avance et le jour de la composition, ils arrivent perdus. Ils se trompent de site. Mais, comme ils ont toutes les pièces requises pour avoir accès en salle, ils sont néanmoins admis et autorisés à composer dans une salle à part. S’ils ont été renvoyés, c’est que sûrement, ils ne sont même pas arrivés à l’Enam, ou sont arrivés en retard ». Et le chargé de communication de poursuivre : « s’ils étaient arrivés à 6h comme certains autres candidats, ils auraient normalement composés ». Et de citer à titre d’exemple, le cas du « fils d’un des directeurs de l’information de la Crtv arrivé en retard et qui n’a pas pu être admis, et n’a donc pu composer. Aucune exception n’est faite dans ce cas, comme vous pouvez le constater». Toujours est-il que, les candidats non admis en salle réclament réparation.

 

camernews-Enam-Yaounde

camernews-Enam-Yaounde