camernews-lycee-mbouda

Enseignements secondaires: Soupçonné de corruption, le Proviseur du lycée de Ngaoundal (Adamaoua) sur la sellette

Enseignements secondaires: Soupçonné de corruption, le Proviseur du lycée de Ngaoundal (Adamaoua) sur la sellette

Un rapport d’enquête de la délégation régionale des Enseignements Secondaires de l’Adamaoua accable M. Baba. Une commission d’enquête de la CONAC, l’organe de lutte contre la corruption, est attendue.

À la suite de plusieurs dénonciations de faits de corruption entretenus au lycée classique de Ngaoundal, situé dans le Djérem, Région de l’Adamaoua, la Commission Nationale Anti-Corruption (CONAC) avait demandé à la délégation régionale des Enseignements Secondaires de mettre sur pied une commission d’enquête. Cette dernière a rendu sa copie le 21 octobre 2016, renseigne L’Œil du Sahel paru le 1er novembre 2016.

Le rapport n’épargne vraiment pas le proviseur Baba. Selon le document, «ilrègne un climat délétère au seinde cet établissement», dû à «unegestion humaine parcellaire». Aussi les membres de la commission proposent-ils que le chef de l’établissement «s’amende» et que soit organisée «une réunion de concertationavec ses collaborateurs pourle retour d’un climat serein detravail».

Ces propositions ne sont pas cependant de l’avis de tout le monde. Certains estiment que les membres de la commission ont fait leur travail avec légèreté. «Toutes les parties prenantesn’ont pas été entendues. Lesprincipaux concernés n’ont pasété consultés. Deux parents ontété interrogés, idem pour lesélèves. Les principaux accusés,que sont le proviseur et le présidentde l’Association des Parentsd’Élèves et Enseignants (APEE),n’ont pas été interrogés au sujetde la gestion de fonds. Seul le proviseur a été interrogé. Le président de l’APEE ne l’a pas été, tout comme les trois quarts des enseignants», dénoncent des enseignants du lycée.

Pourtant le document indique qu’outre les censeurs et surveillants généraux de l’école, les enseignants, les élèves et les parents d’élèves ont été auditionnés.  «Le rapport indique que les personnes citées ont été entendues sur quatre points, faisant l’objet de la dénonciation. Il s’agit de la quête spéciale de 2.000 FCFA relative à l’enseignement de l’informatique, la revalorisation du taux d’APEE de 5.000 à 7.000 FCFA, la contribution de 1.000 FCFA par élève pour exorcisme du campus scolaire et du monnayage du passage en classe supérieure par les élèves n’ayant pas atteint obtenu la moyenne requise».

La commission d’enquête de la CONAC est attendue.

camernews-lycee-mbouda

camernews-lycee-mbouda