Enquête ouverte contre Samuel Eto’o après plainte d’une ex-compagne

Enquête ouverte contre Samuel Eto’o après plainte d’une ex-compagne

Suite au dépôt d’une plainte par son ex-compagne contre la star mondiale de football, Samuel Eto’o, début juillet dans un commissariat du XVIe arrondissement de la capitale, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire lundi dernier.Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire parisienne.

Elle l’accuse d’avoir diffusé des photos intimes

Aux Etats-Unis, on appelle ça le revenge porn: diffuser sur Internet, après une séparation, des photos compromettantes de l’autre. C’est ce dont est accusé le footballeur Samuel Eto’o, attaquant international camerounais de renom. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris après plainte de son ex-compagne, indique Le Parisien de jeudi dernier. Les investigations en France sont confiées pour cette enquête « à la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire parisienne », précise Le Parisien.

La plainte, consultée par l’AFP, d’Hélène Nathalie Koah, une hôtesse de l’air camerounaise, vise Eto’o pour «traite de personne, outrage privé à la pudeur, publications obscènes, proxénétisme, menaces sous conditions, chantage et déclarations mensongères». La jeune femme accuse l’avant-centre d’avoir diffusé sur Internet des photos intimes où elle apparaît dans des positions très suggestives.

Un différend sur une boutique officielle

Samuel Eto’o, qui soupçonnait Nathalie Koah d’entretenir une liaison avec un célèbre chanteur congolais, avait lui même porté plainte contre la jeune femme en mai dernier au Cameroun : « Nous nous sommes entendus pour ouvrir une fondation Samuel Eto’o avec une boutique où seraient vendus […] mes produits originaux », expliquait-il. « Mais quand j’ai remarqué que rien de ce qui était prévu n’était fait et que j’ai commencé par lui réclamer des comptes, elle a voulu m’embrouiller par un adieu », ajoutait-il. «Ce que j’ai offert à celle qui tente de salir mon nom aujourd’hui dépasse largement les 200 millions de FCFA (300.000 euros) que je lui réclame aujourd’hui», justifiait en juin, Samuel Eto’o, sur sa page Facebook. L’hôtesse de l’air avait alors été arrêtée puis relâchée après plusieurs jours de garde à vue, selon la presse camerounaise.

La séparation houleuse entre le sportif et l’hôtesse de l’air Hélène Nathalie Koah, qui sont restés ensemble plusieurs années, a déjà fait les titres de la presse camerounaise.

 

camernews-Etoo_Samuel

camernews-Etoo_Samuel