camernews-Barrage-de-Lom-Pangar

Energie électrique : 184 milliards fcfa et 75 mégawatts pour le Barrage du Fleuve Bini, région de l’Adamaoua

Energie électrique : 184 milliards fcfa et 75 mégawatts pour le Barrage du Fleuve Bini, région de l’Adamaoua

Le gouvernement l’a annoncé vendredi dernier à Yaoundé par le biais de son porte-parole Issa Tchiroma Bakary le ministre de la Communication (Mincom). La construction de l’infrastructure située dans la localité de Warak (arrondissement de  Ngan-Han), a-t-il affirmé, sera achevée au dernier trimestre 2018.

Face à la presse le 09 septembre dernier à Yaoundé, le Mincom, pour annoncer le renforcement de l’offre énergétique dans la partie septentrionale du pays. Pour Issa Tchiroma Bakary, il s’agit de la mise œuvre du Plan de développement du secteur-électricité (Pdse) horizon 2035. Déploiement d’une politique du chef de l’Etat Paul Biya qui consacre donc le projet de construction d’un barrage hydroélectrique de 75 mégawatts et d’un coût total de 182 milliards FCFA, sur le fleuve Bini, localité de Warak, arrondissement de Ngan – Han, dans la région de l’Adamaoua.

Selon le Mincom, le barrage de Bini dont les travaux devraient être achevés au dernier trimestre 2018, vient combler le déficit énergétique constaté dans le Réseau interconnecté Nord. Mais  aussi assurer à moyen terme l’interconnexion électrique avec le Tchad et le Nigeria.

« De fait, on peut noter que depuis quelques années, la production en énergie de la centrale hydroélectrique de Lagdo près de Garoua dans la région du Nord a sensiblement, peinant à se situer au niveau de 50 mégawatts en pleine saison de pluies ; ce, alors même que la puissance installée de cette centrale était évaluée à 75 mégawatts à sa création », a alors explicité Issa Tchiroma Bakary.

Toute chose qui selon lui, a provoqué un sévère et récurrent rationnement en électricité dans cette partie du pays, spécifiquement entre janvier et juin, période d’étiage. Le Mincom a ensuite évoqué l’incapacité (vétusté des équipements, ensablement) du barrage de Lagdo,  à répondre aux besoins énergétiques des populations des trois régions septentrionales. Besoins estimés à 148 mégawatts.

Aussi  l’ancien ministre des Transports a-t-il déclaré qu’en attendant le barrage de Bini, des solutions atténuantes ont été mises en œuvre, avec une centrale thermique de 20 mégawatts,  courant 1er semestre 2016, à Djamboutou et à Garoua. Venant alors en complément à la centrale thermique résiduelle de Lagdo et de Kousseri.

Le barrage hydroélectrique de Bini, a enfin affirmé Issa Tchiroma Bakary, sera construit par l’entreprise chinoise Sinohydro dont le pays, finance le projet moyennant un emprunt de 302 millions 944 mille 727 dollars américains, via Industrial and commercial Bank of China (ICBC), à un taux d’intérêt « préférentiel » de 2%.

 

camernews-Barrage-de-Lom-Pangar

camernews-Barrage-de-Lom-Pangar