camernews-sdf

Emeutes de Bamenda: Les Sénateurs et les Députés SDF abandonnent le débat budgétaire pour aller aux côtés des manifestants à Bamenda

Emeutes de Bamenda: Les Sénateurs et les Députés SDF abandonnent le débat budgétaire pour aller aux côtés des manifestants à Bamenda

La troisième et dernière session ordinaire de l’année 2016, ouverte à Yaoundé successivement à l’Assemblée nationale et au Sénat le jeudi 10 novembre dernier, va se poursuivre pendant les trois prochains jours, sans les élus du Social Democratic Front (SDF)

La troisième et dernière session ordinaire de l’année 2016, ouverte à Yaoundé successivement à l’Assemblée nationale et au Sénat le jeudi 10 novembre dernier, va se poursuivre pendant les trois prochains jours, sans les élus du Social Democratic Front (SDF), la principale formation politique de l’opposition.

Au nombre de 32, dont 18 députés et 14 sénateurs, ils ont adressé hier samedi 26 novembre 2016, une lettre conjointe au Président de l’Assemblée Nationale Cavayé Yeguié Djibril et au Président du Sénat Marcel Niat Njifenji, pour expliquer pourquoi ils ont tous décidé d’abandonner pendant trois jours les débats autour de la loi des finances 2017:

«Tres Honorables, pour des impératifs liées à nos mandats, et notamment aux fins d’une nécessaire descente sur le terrain pour mieux appréhender certains griefs majeurs soulevés par les populations dont nous sommes les légitimes représentants, ceci afin d’y faire suite en ce qui nous concerne, en parfaite connaissance de cause, nous Sénateurs et Députés SDF des deux chambres respectives de notre Parlement, par la présente, vous prions de prendre ace de notre absence collective aux travaux de la session courante, pour la période du dimanche 27 au mardi 29 novembre 2016».

La ville de Bamenda, chef-lieu de la Région du Nord-Ouest, traverse une période troubles depuis l’insurrection populaire déclenchée le lundi 21 novembre 2016. Cette région est le fief électoral de la majorité d’élus SDF.

Ci-dessous, une copie de la lettre adressée à Cavayé Yeguié Djibril et Marcel Niat Njifenji.

La lettre