EDUCATION: L’ECOLE DE GÉOLOGIE ET D’EXPLOITATION MINIÈRE (EGEM) DE MEIGANGA LIVRE SA PREMIÈRE CUVÉE

Les 48 premiers techniciens supérieurs en génie minier sorti de l’école des mines de Meiganga, placée sous la tutelle académique de l’université de Ngaoundéré, département de la Vina dans la région de l’Adamaoua ont été présenté à la presse, aux parents et aux officiels ce samedi 18 avril 2015 dans la ville de Meiganga dans le département du Mbéré dans l’Adamaoua.

La cérémonie a été présidée par le Professeur Paul Henri Amvam Zollo le recteur de l’Université de Ngaoundéré situé à Dang, en présence des autorités politiques, des élites, des autorités traditionnelles, des parents amis et connaissances. A l’occasion, le recteur a été fait citoyen d’honneur de la ville de Meiganga par le maire Aboubakar Kombo qui a rappelé dans son propos liminaire que «  pour mieux asseoir sa réputation d’école de référence et poursuivre la politique de professionnalisation des enseignements engagée par les pouvoirs publics, l’EGEM de Meiganga dispose de plus de 240 hectares pour sortir désormais du provisoire ».

Au terme de 03 ans de formation de qualité, cette première promotion de technicien de génie minier est prête pour un marché de l’emploi très demandeur et quasiment à la recherche de ressources humaines de cette trempe.

En attendant la sortie prochaine de la 2ème vague de 35 techniciens cette fois de Géologie appliquée aux mines voire dans deux ans, des 29 ingénieurs admis dans cette même école, les défis quotidiens auxquels doivent faire face l’EGEM de Meiganga pour survivre sont nombreux. Le plus important étant la construction d’un campus digne de ce nom sur l’importante superficie accordée par l’Etat sans plus. En effet, depuis sa création, l’EGEM a dû racoler des locaux voir quémander, afin de démarrer ses activités.

L’école a obtenu des autorités administratives et municipales de Meiganga une ancienne salle de cinéma et un foyer, culturel transformés respectivement en amphi 700 et 300 places. D’autres salles de cours de 60 et 100 places sont disséminées respectivement au niveau de l’Enieg et du lycée classique de la même ville, tandis qu’une partie du bâtiment de la délégation départementale du tourisme a été cédée à l’Egem… en plus du précieux appui d’un groupement d’entreprises du BTP en charge du bitumage de la route Garoua-Boulaï – Meiganga – Ngaoundéré, qui a gracieusement offert 53 bureaux et 23 logements (pour le personnel) construits en matériaux définitifs à l’université de Ngaoundéré.