Les clés de la croissance

 Les clés de la croissance

L’échiquier de l’économie mondiale s’est embrumé ces dernières années. La débâcle des banques de l’immobilier aux Etats Unis a sonné le glas des spéculations, mais aussi de la comptabilité

?ctive et prévisionnelle. Les grandes sociétés d’assurance multinationales en ont fait les frais. Comme une avalanche où un certain « jeudi noir » qu’on n’aime plus évoquer, la contagion a traversé l’atlantique semant à tout vent les désagréments de son contenu nocif. La vieille Europe s’est trouvée enserrée par la crise. Les modes de rajustement habituels que sont le tripatouillage ?scal et autres in?ation contrôlée et protectionnisme douanier, ont clamé leur péremption. L’Europe des 27, en passe d’être amputée de quelques membres, victime assignées du naufrage, opte pour une unité de ton en faveur de la croissance. Une croissance qui passerait par un assainissement des politiques globales d’investissement mais surtout la régulation bancaire. La banque centrale européenne. Mettre à la hauteur de toutes les composantes de l’Union une «règle d’or» équitable. Les grands théoriciens ont montré l’orientation inéluctable : la lutte contre le chômage. Donc la création d’emplois !

Pour revenir à notre contexte, qui n’a en commun avec le monde industriel que nous venons d’évoquer, que le souci de la croissance, d’un coté pour atteindre de meilleurs équilibres budgétaires et de l’autre s’approcher des rivages de l’émergence; nous dirons que la création d’emplois est ici et là, la clé de la croissance et la recette commune. Comme le souhaite le Président Paul BIYA, à travers sa politique de croissance économique dé?nie depuis 2009 dans le DSCE (entendons le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi) :
« Nos pouvoirs publics a?rment ainsi leur volonté de centrer la stratégie sur la création des richesses et comptent s’appuyer sur la création d’emplois pour assurer une bonne redistribution des fruits de la croissance. Le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emplois (DSCE) réa?rme aussi la volonté du Gouvernement de poursuivre la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dans leur ensemble … Les travaux d’élaboration du DSCE se sont notamment appesantis sur la crise économique mondiale. Les Stratégies développées dans le document constituent entre autres des réponses appropriées aux problèmes soulevés par la dite crise. Plaçant résolues le dé? de la croissance et de la création d’emplois au centre de ses actions en faveur de la réduction de la pauvreté, le DSCE est désormais, conformément à la déclaration de Paris, le cadre de référence de la politique et de l’action gouvernementale. »
L’on comprendra que les Grandes Réalisations ne sont pas uniquement un branle bas infrastructurel ou une espèce de démonstration de force. Elles sont l’etape décisive qui conduit à la mise en œuvre d’une stratégie utilitaire. La pierre de touche de toutes les stratégies concourant à l’atteinte de l’émergence en 2035. Il s’agit de la stratégie de l’emploi. Ici encore, emploi et croissance s’arriment sous la forme d’un tandem harmonieux et gagneur. Le DSCE montre à ce sujet que trois axes sont visés dans le cadre de la stratégie de l’emploi : l’accroissement de l’o?re d’emplois décents, la mise en adéquation de la demande d’emploi puis l’amélioration de l’e?cacité du marché. Rendu à ce point nos pouvoirs publics créent des facilitations pour le développement des PME comme espace de production d’emplois. Ils entendent mettre l’accent sur le sous emploi patent dont le chi?rage en taux est estimé à 11% de la population active occupée. La visée pour 2020 est de résorber complètement le sous emploi visible et de maintenir le taux de chômage élargi à moins de 7%. La traduction en programme spéci?que de création d’emplois en faveur des couches sociales les plus défavorisées (jeunes, femmes, groupe vulnérables et personnes handicapées) ainsi que dans la fonction publique, va compléter l’o?re d’emplois décents. C’est ce souci que le Chef de l’Etat a évoqué transformant en réalité un souhait collectif, dans son message à la jeunesse le 10 février 2013 ; lorsqu’il a annoncé la création prochaine de 200.000 emplois dans le secteur formel pour les jeunes.