Ecrans Noirs: Timbuktu pour l’ouverture de la 19ème édition

Le film aux sept César, du réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako, sera diffusé à l’ouverture du festival du cinéma «Ecrans Noirs», le 18 juillet à Yaoundé

 

Cette année, le festival du film africain «Ecrans Noirs» verra la participation de certaines grandes pointures du cinéma sur le continent dont le premier Africain à avoir reçu un César de meilleur réalisateur en France: Abderahmane Cissako. Le réalisateur mauritanien a confirmé sa présence à la 19ème édition du festival Ecrans Noirs, programmée du 18 au 25 juillet prochain à Yaoundé, avons-nous appris mercredi au cours d’un point de presse organisé à la Fondation Muna, dans la capitale du Cameroun.

Le film franco-mauritanien Timbuktu, récompensé par sept César (meilleur film, meilleure musique, meilleure photo, meilleur son, meilleur scénario, meilleur montage et meilleur réalisateur) à Paris le 20 février dernier, a été choisi pour l’ouverture du festival au Palais des Congrès de Yaoundé. Timbukturaconte le quotidien des populations dans le nord du Mali sous contrôle des djihadistes. La soirée de clôture verra la diffusion de la comédie ivoirienne «L’amour en bonus» de Jacques Trabi.

Diversité
Pour cette 19ème édition, les organisateurs des Ecrans Noirs ont fait le pari de la diversité. Du Maroc à l’Ouganda, et du Lesotho au Rwanda, le festival a retenu 41 œuvres internationales et 41 œuvres produites au Cameroun, dans le cadre de la sélection officielle en compétition. Seules quatre œuvres réalisées par des Camerounais figurent dans les films internationaux en compétition. Il s’agit du documentaire «La souffrance est une école de sagesse» d’Ariane Astrid Atodji; ainsi que les courts métrages «Damaru»,«Empreintes douloureuses», «Queen» et «Alma», respectivement réalisés par Agbor Obed Agbor, Bernard Kouemo, Patricia Kwende et Assam Christa Eka.

«Chaque jury comprendra un Camerounais et quatre étrangers», a indiqué le délégué général des Ecrans Noirs, Bassek Ba Kobhio, le 08 juillet à Yaoundé. On a ainsi appris auprès du fondateur de ce festival que le jury des «longs métrages camerounais» sera présidé par le réalisateur burkinabé Idrissa Ouédraogo,lauréat de plusieurs prix internationaux; et celui des «longs métrages internationaux» par le comédien camerounais Ambroise Mbia, décoré en janvier 2015 de la médaille de «Chevalier des arts et des lettres» de la République française. La cinéaste congolaise Claudia Haidara Yoka présidera le jury «documentaires et courts métrages camerounais» tandis qu’un autre Burkinabé, Rasmane Ouédraogo, encadrera le jury des«documentaires et courts métrages internationaux».

 

© Journalducameroun.com
Le comité d’organisation des Ecrans Noirs a donné un point de presse le 08 juillet 2015 à Yaoundé

Modalités d’accès au festival
La série des films-hors compétition réserve de belles surprises, à l’image du documentaire «L’homme qui répare les femmes», réalisé par les Belges Thierry Michel et Colette Braeckman sur l’engagement duDocteur Denis Mukwege, au Congo.

Contrairement aux éditions antérieures, l’accès du public aux différents espaces de projection retenus pour le festival sera payant. Tout comme l’accès aux cérémonies d’ouverture et de clôture des Ecrans Noirs 2015.

Il faudra ainsi débourser 5000 F CFA pour prendre part à la cérémonie d’ouverture ou de clôture; 1000 F CFA pour le pass journalier permettant de se rendre dans les sites de projection; 5000 F CFA pour le pass hebdomadaire. Les médias accrédités, les invités, «les partenaires» et le club des «amis des Ecrans Noirs» seront quant à eux dispensés de l’achat de billets.

Le délégué général du Festival promet de reverser «10% des recettes» issues de la vente des billets aux producteurs et réalisateurs camerounais.

L’Ecran d’or, prix le plus prestigieux des Ecrans Noirs, a été décerné en 2014 à la fiction «Adios Carmen» du réalisateur marocain Mohamed Amine Benamraoui.