Ebola: les essais de vaccin ne font pas courir les volontaires au Cameroun

Quelque 125 personnes, sur les 400 attendues, se sont inscrites au programme volontaire des essais cliniques du vaccin contre la fièvre hémorragique sur les deux sites de Yaoundé et Bamenda

 

Quelque 125 personnes, sur les 400 attendues, se sont inscrites au programme volontaire des essais cliniques du vaccin contre la fièvre hémorragique Ebola sur les deux sites camerounais de Yaoundé (Centre) et Bamenda (Nord-Ouest), apprend-t-on auprès des services compétents du ministère de la Santé publique.

Les mêmes sources, sous le sceau de l’anonymat, justifient le peu d’engouement des populations pour cet essai vaccinal par une campagne médiatique ayant créé la psychose au sein de l’opinion. «On a fait croire aux gens qu’en faisant des tests, on allait leur inoculer des virus mortels ou que le produit utilisé provoquait d’irréversibles effets secondaires sur leur santé», explique un agent de laboratoire du Centre Pasteur de Yaoundé.

 

Menés par la firme GlaxoSmithKline avec, entre autre, le soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’essai vaccinal volontaire dénommé «ChAd3-EBO-Z» est destiné à des individus âgés de plus de 18 ans et doit être clos en fin novembre.

Selon les autorités sanitaires, ledit essai exige que le sujet qui souhaite y participer soit en bonne santé et bénéficiera préalablement d’un examen clinique et biologique approfondi et gratuit, ainsi que d’un suivi médical rapproché durant toute la durée de l’étude qui court sur un an.

Les mêmes précisent, s’agissant de la sécurité des sujets, qu’une assurance a été contractée par le laboratoire GlaxoSmithKline pour la prise en charge ou l’indemnisation de tout effet indésirable, grave et inattendu. On rappelle qu’aucun d’Ebola n’a été notifié à ce jour au Cameroun.