Droits d’auteurs : Sam Mbende de retour au Cameroun

L’artiste Musicien et auteur compositeur à succès qui vient de commettre un « Long Play » de 14 Titres qui s’est déjà vendu à ce jour à plus de 14 000 exemplaires, foule le sol camerounais via un Vol d’Air France qui atterrira à Douala Lundi 20 Janvier 2014 dans la soirée. Ayant décliné par deux fois les invitations de Ama Tutu Muna pour les « soi-disantes » concertations de sortie de crise, le désormais Président Afrique de la PACSA n’entend pas être distrait par les tumultes qui embrasent le droit d’auteur de l’Art Musical avec ses multiples dissonnances.

Fier de sa terre natale, le Cameroun, l’artiste de charme et amoureux de la gente féminine qu’il magnifie à souhait dans ses productions musicales, Sam Mbende vient en terre connue pour booster la promotion de son album qui a atteint un hit incroyable en terme de vente alors même que les vidéos de celui-ci viennent seulement d’être terminées. L’on parle, statistique brandi d’au moins 14 000 exemplaires vendus à ce jour. De quoi charmer et comprendre le désormais « recul » pris en ce qui concerne les interventions sur les questions de la gestion du droit d’auteur de l’art musical au Cameroun.

Décrépitude avancée

L’art musical se meurt, tel est le constat fait depuis l’arrivée d’Ama Tutu Muna à la tête du Minac. La protégée de Philémon Yundji Yang, qui serait son frère consanguin, n’a jamais lésiné sur les moyens pour entretenir la cacophonie même lorsque le choix des artistes de l’art musical a été clair ; sanctionner les fossoyeurs du droit d’auteur. Hélas ! avec la nomination à la tête d’un énième comité paritaire de l’artiste Esso Essomba, lige, administrateur de la liste battue aux dernières élections de la Socam et complice dans les détournements de deniers de Roméo Ndoumbè Dicka lorsque la SOCINADA existait, prouve à souhait qui tient ou veut tenir les rênes d’une société en « décrépitude » avancée.

Dans un interview receuillie dans un média camerounais, Roméo Ndoumbè Dicka affirme « qu’on a fait croire aux artistes que la Socam était en faillite alors que c’était faux ». De quoi parle-t-il alors que devant tous les artistes à l’Assemblée Generale elective il avait egalement déclaré qu’il se retirait de la gestion du droit d’auteur pour se consacrer à sa famille. « Le mensonge ayant de courtes jambes » comme dit le dicton, la Socam, bébé d’Ama Tutu Muna mal né mourra très certainement de sa propre mort au soir d’un remaniement qui l’a verra déguerpir du Minac la « queue entre les jambes ».

Obnubilé par des promesses fallacieuses, plusieurs sources au sein même de la famille des artistes assimilent la raison de ce désordre à un potentiel versement de la redevance du droit d’auteur par la société MTN qui devrait selon leurs dires faire engranger à la Socam environ 200 millions sur 1 milliard qui devrait être officiellement payé. Le Gap de cette somme étant déjà partagé entre « copains et coquins » serait la véritable raison de cet acharnement à positionner le beau-frère d’Irène Ngwenang à la tête de la Socam.

Approché pour recoupement d’informations, la société MTN Cameroun, succursale de MTN au Cameroun affirme ne rien comprendre de telles allégations car n’ayant à ce jour entamé aucune négociation avec qui que ce soit pour le paiement d’une quelconque redevance du droit d’auteur à hauteur d’1 milliard. Si paiement serait peut-être possible la somme évoquée ne pourrait l’être. En expliquant la célérité des traitements des dossiers au sein de MTN, une source qui a requis l’anonymat affirme que s’il fallait même le faire, Roméo Ndoumbè Dicka ne pourrait être un interlocuteur fiable.

Le nouveau Directeur Marketing de MTN Cameroun étant de nationalité étrangère après le départ de Ngann Yonn pour d’autres horizons, la société de téléphonie mobile camerounaise a tenu à apporter ces éclaircis.

Quel avenir donc pour l’Art Musical ? Le Chef de l’Etat dans son discours a certes sonner le glas, mais tel un lion rugissant et qui ne fait plus peur à son alentour du fait de sa vieillesse, la sanction attendue pour regler définitivement le problème Droit d’Auteur est la mise au placard de Ama Tutu Muna. Affaire à suivre.

camernews-Sam-Mbende-Glamour

camernews-Sam-Mbende-Glamour