Dr Georges Edimo (économiste) au sujet du Programme d’ajustement structurel: «Pour sortir de la crise, le Cameroun a une seule solution: sortir de la zone Franc»

Selon ce spécialistes des questions de finances, le fait pour les pays de la zone Franc d’être arrimés à une monnaie forte comme l’Euro alors qu’ils ont une économie faible leur occasionne une perte de compétitivité de l’ordre de 40 à 50% sur les marchés.

L’actualité économique du Cameroun est dominée depuis le début de la semaine par la décision du Fonds monétaire international (FMI) de soumettre le pays à un nouveau programme d’ajustement structurel. L’institution financière a accordé lundi un crédit de 666,2 millions de dollars au Cameroun, en échange d’un programme économique à mener sur trois ans pour redresser une économie mise à mal par la chute des prix pétroliers. Un geste qui vient révéler que le Cameroun est plongé dans une profonde crise économique qui selon plusieurs économistes et hommes politiques est la conséquence de la gabegie et la mauvaise gouvernance imputées à ce qui ont la charge de conduire le pays.

Mais pour comprendre les difficultés économiques du Cameroun en particulier et des pays de la zone Franc en général, l’on ne peut éluder la question de la monnaie, estime le Dr Georges Edimo, économiste et spécialiste des questions de finance internationale voie le problème autrement.  « La seule solution de sortie de la crise pour le Cameroun, elle est une. Le véritable problème du Cameroun ce n’est pas ces indicateurs macroéconomiques, ce n’est pas non plus la dimension méso-économique. Vous évoquez très souvent la dimension méta-économique notamment la gouvernance, la gestion stratégique de l’Etat qui est défectueuse d’une manière ou d’une autre, la discipline budgétaire qui est approximative, la qualité de la dépense publique qui n’est jamais très bonne… C’est vrai mais le problème du Cameroun et des pays francophones en général, c’est la monnaie. Aussi longtemps que vous laissez conserver 50% de vos réserves en devises, de vos réserves en change par une nation qui fait du beurre et du chocolat avec cela, l’économie aura du mal à prospérer », explique-t-il dans un entretien accordé à Radio Equinoxe.

Selon cet expert, les opérations économiques menées par les 14 pays utilisant le Francs CFA rapportent près de 440 milliards de dollars à la France chaque année, soit une somme qui dépasse le budget de tous ces pays . « En fait, nous sommes dans une dynamique qui enrichit un seul partenaire, la France. Mais quand vous allez regarder à l’inverse, la France a démissionné sur le terrain des investissements directs étrangers. Elle est partie de 10% à 5% des parts de marché en Afrique aujourd’hui, le terrain même qui donne de la vigueur à son économie. Par ailleurs, elle n’est pas en bonne posture au niveau de l’aide publique au développement. D’après les pays de l’OCDE, depuis 40 ans, chaque pays devrait participer pour à peu près 0,7% de son PIB. La France qui profite énormément de l’Afrique peine à faire la moitié de ce score. Elle est aujourd’hui autour de 0,35% », fait-il remarquer.

Le fait pour les pays de la zone Franc d’être arrimés à une monnaie forte telle que l’Euro alors qu’ils ont une économie faible aura toujours pour conséquence, une perte de compétitivité de l’ordre de 40 à 50% sur les marchés, conclut Georges Edimo.