Douala: plus de 150 corps abandonnés à la morgue de l’hôpital Central

Abandonnés depuis plusieurs mois, ils pourraient être inhumés dans des fosses communes cette semaine, apprend-t-on auprès des responsables de cette institution hospitalière

 

Quelque 150 corps abandonnés depuis plusieurs mois à l’hôpital Laquintinie (Central) de Douala pourraient être inhumés dans les fosses communes cette semaine, apprend-t-on auprès des responsables de cette institution hospitalière.

Depuis quelque temps, les dirigeants de cet hôpital multiplient des communiqués, appelant des proches de ces personnes décédées à venir retirer les corps au plus tard en début de semaine prochaine, faute de quoi, ils seront remis au service municipal des pompes funèbres pour inhumation.

«Le directeur de l’hôpital Laquintinie appelle les proches dont les corps sont abandonnés à la morgue à venir les retirer dans les brefs délais, sous peine de les remettre aux pompes funèbres de la communauté urbaine de Douala pour inhumation», rappelle le communiqué.

 

Selon des sources proches du dossier, la plupart des corps abandonnés dans cette morgue sont des bandits, victimes de la justice populaire, mais aussi, des accidentés ainsi que des corps abandonnés«faute d’argent» pour leurs proches de les retirer. Une situation assez compliquée, puisque la capacité d’accueil de la morgue a été réduite de moitié «avec le risque de superposer plusieurs corps sur les autres», fait observer un morguier.

Conséquence, plusieurs de ces corps pourraient être ensevelis dans les fosses communes, d’autant que des «ayant droits» ne voudraient pas être embarrassés au moment de procéder au retrait des corps, car non seulement il faudrait le prouver qu’il s’agit effectivement d’un proche, mais, l’on devrait s’acquitter d’une «modique» amende.

Chaque année, l’hôpital Laquintine dont le taux de fréquentation est le plus élevé de la ville est confronté à cette situation, obligeant les responsables à procéder à un «déstockage» de la morgue à travers des inhumations dans les fosses communes.