camernews-andre

Douala: L’activiste André Blaise Essama arrêté puis relaxé

Douala: L’activiste André Blaise Essama arrêté puis relaxé

Arrêté dans la matinée et entendu à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), le nationaliste camerounais a été libéré en fin d’après-midi, ce jeudi 13 juillet 2017.

André-Blaise Essama, activiste camerounais qui milite pour la disparition de tous les symboles de la colonisation dans  les villes du Cameroun,  a passé plusieurs heures ce jeudi après-midi à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) au quartier Bonanjo.

Il lui est reproché la destruction du Monument Leclerc qui trône à la Poste Centrale au quartier administratif. Arrêté en matinée, André-Blaise Essama qui a choisi la veille de la célébration de la fête nationale française, le 14 juillet pour poser cet acte symbolique n’a été remis en liberté qu’en fin d’après-midi, après avoir subi plusieurs heures d’audition.

Dans un message laissé sur sa page Facebook, l’homme qui avait déjà séjourné pendant six mois à la Prison centrale  de Douala pour les mêmes faits (libéré le 30 septembre 2016) justifie son acte. « Mon combat est celui de » la totale indépendance du peuple Camerounais, encore sous le prisme de l’occident et de la France en particulier ». Je suis incompris dans mes actions nationalistes. Pas mal de personnes partagent ma vision en savourant l’idée de cette libération du Cameroun », écrit-il.

« Je ne vais pas en prison, rappelle-t-il,  parce que je suis un habitué du milieu carcéral et à chaque fois pour des faits similaires, mais parce que je refuse de trahir mes Ancêtres dans les volontés et aventures néo coloniales de nos dirigeants qui s’accouplent avec les chancelleries occidentales en tuant la Mémoire du peuple noir… » Malgré la tentative d’intimidation des forces de l’ordre, André Blaise Essama promet de poursuivre ce combat en vue de « la libération totale et immédiate du Cameroun comme l’avait exigé notre Mpodol Ruben Um Nyobe» , déclara-t-il.

camernews-andre

camernews-andre