Docteur Armand Nghemkap : « La connaissance des dix commandements du sportif protege le sportif de la mort subite »

Le Camerounais Marc-Vivien FOE il y a bientôt 12 ans, trois jeunes sportifs belges dont Tim Nicot, Rasmus LARSEN et  Gregory MERTENS du Sporting Lokeren, il y a à peine 2 mois ainsi que beaucoup d’autres sportifs amateurs ou professionnels plus ou moins anonymes, la mort subite du sportif poursuit lentement mais surement son parcours macabre. Le sport ne serait-il pas finalement dangereux pour la santé ? C’est pour en être rassuré que la rédaction de www.camer.be est allée à la rencontre du Docteur Armand NGHEMKAP, en marge de la Conférence-débat sur la Prévention de la Mort Subite des Sportifs qu’il a donnée ce 29 mai 2015 à l’occasion des journées FOOT DE COEUR 2015.

Bonjour Docteur, vous venez de faire une brillante communication intitulée « Mort Subite des Sportifs : Quelle Prévention en 2015 ». Avec les récents décès de trois sportifs de haut niveau en Belgique ainsi que d’autres sportifs anonymes, nos lecteurs se posent la question de savoir si le sport n’est pas en définitive dangereux pour la santé. Que répondez-vous ?
Ma réponse est très simple et elle est fondée sur  des   publications scientifiques dans différentes revues médicales. Le sport n’est en aucun cas dangereux pour la santé et est même un facteur protecteur des accidents cardio- vasculaires à savoir des crises cardiaques et AVC.

Mais pourquoi alors tant de morts subites chez les sportifs ?
En effet, le sport peut également être un facteur déclenchant des malaises cardiaques lorqu’il est pratiqué dans de mauvaises conditions chez des personnes à risque à savoir des personnes qui ont des maladies cardiaques silencieuses et asymptomatiques qu’elles ignorent.

Justement Docteur, quelles sont ces maladies cardiaques ?
Chez les sportifs jeunes âgés de moins de 35 ans, ces maladies cardiaques sont surtout d’origine congénitale et liées à des prédispositions génétiques. Ce sont surtout des cardiomyopathies hypertrophiques qui sont des anomalies de naissance du muscle cardiaque qui rendent le coeur trop gros, en tout cas plus gros qu’un coeur normal. Ces cardiomyoppathies hypertrophiques congénitales sont la cause la plus courante de mort subite du sportif jeune de moins de 35 ans. En effet, elles peuvent rester silencieuse pendant plusieurs années puis se révéler par une mort subite du jeune sportif. Chez les sportifs âgés de plus de 35 ans, les morts subites sont surtout liées à des causes coronariennes par rétrécissement des artères du coeur par des plaques d’athérome à savoir des dépots de cholestérol sur la paroi des artères du coeur.

Docteur, vous dites que ces maladies cardiaques sont silencieuses et asymptomatiques. Que doivent faire les sportifs pour savoir s’ils sont à risque de mort subite du sportif ?
Dans un premier temps toute personne qui désire faire du sport ou reprendre une activité sportive doit savoir si dans son entourage familial il ya déjà eu un cas de mort subite avant l’âge de 35 ans. Je parle ici de mort subite en général et non uniquement d’une mort subite sportive. Si c’est le cas, la personne doit se considérer comme étant à risque de mort subite du sportif. Dans un deuxième temps, je conseille à toute personne désirant pratiquer une activité sportive de passer au péalable une visite médicale de non contre-indication à la pratique sportive et pour ceux qui sont déjà en activité sportive, je leur conseille un suivi cardiologique régulier avec notamment la réalisation d’un ECG à savoir un Electrocardiogramme tous les 2 ans et ceci tout au long de leur carrière. Ce suivi cardiologique doit comprendre une échographie cardiaque  chez les sujets à risque ainsi qu’une épreuve d’effort chez les sportifs de plus de 35 ans. Il faut savoir que plus de la moitié des morts subite du sportif pourrait être évitée  si le dépistage des maladies cardiaques silencieuses, asymptomatiques et ignorées était fait systématiquement grace à une visite médicale de non contre-indication avant  la pratique d’une activité sportive quelque soit l’âge.

Au cours de votre communication, vous avez évoqué les signes d’alerte de Mort Subite du Sportif. Alors Docteur, pouvez-vous revenir sur ces  signes annonciateurs d’une mort subite que le sportif doit connaître ?
Il existe effectivement des signes d’alerte que toute  personne qui pratique une activité physique sportive doit savoir. En fait, il faut savoir écouter son corps pour les détecter et consulter rapidement un médecin dès l’apparition d’un de ses signes qui sont une douleur thoracique ou une sensation d’oppression ou encore de gêne thoracique, l’apparition d’un essoufflement anormal et inhabituel, toute sensation de palpitation et toute sensation de malaise survenant pendant ou après l’effort

Docteur, en conclusion de votre communication, vous avez également évoqué les « Dix Commandements du Sportif ». Pouvez-vous nous en parler ?
Cette question est tout à fait intéressante. Malheureusement le temps de 10 mn qui m’avait été donné ne m’a pas permis de l’aborder. C’est même le point fondamental de la prévention car la connaissance de ces Dix Commandements protège le sportif de la Mort Subite. Les voici :

  1. Savoir si on est à risque de mort subite du sportif par ses antécédants familiaux et passer une VISITE MEDICALE de NON CONTRE-INDICATION à la pratique sportive comprenant la réalisation d’un ECG, avant la pratique de tout sport ou avant toute reprise d’une activité sportive.
  2. Connaitre les SIGNES D’ALERTE d’un malaise cardiaque du sportif et le signaler à son Médecin.
  3. Pratiquer une ACTIVITE PHYSIQUE  ou SPORTIVE modérée, régulière et adaptée à ses capacités.
  4. Toujours respecter un ECHAUFFEMENT de 10 mn au minimun avant tout effort physique intense afin de préparer ses muscles à l’effort.
  5. Eviter l’EPUISEMENT à savoir un essoufflement à l’extrême jusqu’à ne plus pouvoir parler.
  6. Bien S’HYDRATER avant, pendant et après l’effort.
  7. Ne pas FUMER 1h minimum avant la pratique sportive ni 2h minimum après toute pratique sportive.
  8. Ne pas faire du sport si on a de la FIEVRE.
  9. Eviter la consommation de substances dopantes et de BOISSONS ENERGISANTES.
  10. Eviter la pratique sportive quand il fait très FROID ( T° inférieure à – 5° C) ou très CHAUD ( T° supérieure à 30 ° )

Comment avez-vous trouvé cette deuxième édition de FOOT DE COEUR ?
Je dois reconnaître que j’ai beaucoup apprécié l’accueil qui m’a été réservé. Je tiens ici à remercier Monsieur Yves MIKONDA, le Président du comité d’organisation de ces journées FOOT DE COEUR 2015 ainsi que Madame Colette NJOMGANG-FONKEU, l’Echevine de la santé et de la culture de la commune d’Etterbeek-Bruxelles. J’ai également apprécié le niveau des communications médicales relevées par la présence de deux cardiologues, les docteurs William NGATCHOU et Bertin FOADING.

Docteur, vous êtes Médecin mais également très présent dans le domaine culturel et associatif. Quels sont vos projets en perspective ?
Je compte prendre quelques jours de repos et à ce titre, je vais effectuer très prochainement un voyage culturel en Chine afin de découvrir ses joyaux. A mon retour je dois lancer les préparatifs de la deuxième édition du festival éducatif KOMANE qui se déroulera du 4 au 6 février 2016 à Dschang. Je vais également activer mes combats pour l’information et la sensibilisation au Don de Moelle en collaboration avec l’association ACUT de Madame Corine TONYE, Ambassadrice des Porteuses d’Initiatives dans la diaspora africaine, dont le 3ème gala de charité aura lieu le samedi 21 novembre 2015 dans la ville de VILLEPINTE en région parisienne. Mon combat contre l’Autisme avec l’association AUTIFA ( Autisme France Afrique ) est toujours d’actualité. Je ne saurai terminer cet entretien sans évoquer le combat noble et juste que je mène avec Madame Huguette TCHUISSEU via son association SANTE ESPOIR pour la mise en place d’une complémentaire santé au Cameroun. La santé est le bien le plus précieux pour l’humanité et j’ai de ce fait une nouvelle vision de la prévention de la santé pour le bien-être de tous. Cette nouvelle vision stratégique m’a amené à developper le concept que j’ai bâptisé « LA SANTE EN SOIREE » et qui nous permet de passer de courts messages de prévention afin de joindre enfin l’utile à l’agréable au cours de nos multiples soirées mondaines.