Discorde sur les logements sociaux qui sortent de terre: Chassés par les prix, les pauvres y renoncent

Le gouvernement a décidé de doter le pays de 10 000logements Rechercher logements sociaux et d’aménager 50 000 parcelles constructibles.

Pour faire face à la crise du logement, le gouvernement camerounais a décidé depuis 2009, de doter le pays de 10 000logements Rechercher logements sociaux et de 50 000 parcelles constructibles, sur l’ensemble du pays. Notamment à Yaoundé (Centre), Douala (Littoral), Limbé (Sud-Ouest), Bafoussam (Ouest), Bamenda (Nord-Ouest).

A Olembé, -site retenu pour leslogements Rechercher logements sociaux de Yaoundé-, les 1675 appartements viennent de sortir de terre. Déjà, ils se vendent à des prix hors de portée de la bourse du citoyen moyen. Entre 19 et 23 millions selon que l’acquéreur sollicite un T4 (104. 32 m2), ou un T5 (124.75m2).

Pour la majorité des camerounais c’est une aberration de parler deslogements Rechercher logements sociaux alors que l’Etat les vend à des prix hors de portée, « quand on regarde les salaires des camerounais, un fonctionnaire avec toutes les charges familiales que nous affrontons, ne peut pas acheter un logement à Olembé. C’est impossible que ce soit deslogements Rechercher logements sociaux. Ces appartements sont construits pour les personnes qui ont des revenus plus élevés et non pour les pauvres comme nous », prétend Éric Lélé kamgaing, enseignant dans un lycée de la ville.

Pour justifier le coût de ses «logements Rechercher logements sociaux », Jean Claude Mbwentchou le ministre de l’Habitat et de développement urbain (Minhdu), expliquait devant les journalistes que, « les matériaux sont importés et que leurs prix sur le marché comme ceux du terrain, ne cessent de renchérir ». Ajoutant qu’au départ, ceslogements Rechercherlogements étaient estimés à 30 millions Fcfa, le chef de l’Etat les a ramenés à 19 millions.

Les camerounais pensent que l’argument des matériaux et des terrains qui renchérissent, avancé par le gouvernement, ne tient pas la route. Car l’Etat a créé la Mission de promotion des matériaux locaux (Mipromalo). Et, dispose d’un domaine privé assez vaste, « pourquoi accepter de dédommager et payer à prix d’or les dédommagements alors que l’Etat dispose d’un domaine privé assez vaste ? » s’interroge Yves Lucien Mbetkam qui accompagne Éric Lélé kamgaing.

Alors que le citoyen moyen s’interroge, les plus nantis se bousculent pour acquérir les «logements Rechercher logements sociaux ». Parmi les premiers clients, les éléments de la garde présidentielle, et des camerounais de la diaspora.