camernews-John-Kerry

DIPLOMATIE : John Kerry demande la nomination d’un ambassadeur

DIPLOMATIE : John Kerry demande la nomination d’un ambassadeur

Son absence enraye les efforts de la lutte contre Boko Haram.

Dans une adresse au Congrès des Etats-Unis d’Amérique, le 8 juillet 2014, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a fustigé l’attitude du Sénat, instance habilitée à valider l’affectation des ambassadeurs américains à travers le monde. «L’enlèvement horrible par Boko Haram de plus de 200 écolières au Nigeria a suscité les appels à l’aide à travers l’action «Bring back our girls».

Le Président Barack Obama a répondu en urgence. Mais ces efforts n’ont pas été couronné de succès, tout simplement parce que les efforts des États-Unis sont entravées par l’absence d’ambassadeurs américains au Cameroun et au Niger voisin», a déclaré John Kerry. Selon le secrétaire d’Etat américain, cette guerre contre la secte islamiste ne peut être que vouée à l’échec si le Congrès ne fait pas affecter un ambassadeur au Cameroun et au Niger. «Les deux ambassades ont été sans ambassadeurs depuis plus de huit mois. Cela signifie que nous avons perdu huit mois au moment où nous étions en plein puissance, au moment où nous avions la capacité d’assurer une meilleure coopération régionale et la confiance pour lutter contre la menace croissante de ce groupe extrémiste brutale.

Huit mois durant lesquels des conseils et des formations des États-Unis auraient aidé à équiper ces pays en situation critique pour mieux s’aider eux-mêmes. Huit mois durant lesquels nous aurions pu fournir une meilleure assistance pour répondre à une indignation morale», explique John Kerry.

BLOCAGES

A y voir de près, la stratégie du secrétaire d’Etat américain vise essentiellement à dédouaner l’exécutif qui, après deux mois de recherches des filles de Chibok détenues par Boko Haram, n’a pas encore eu de résultats probants. Trouver les filles de Chibok aurait au moins permis, au moins aux yeux de l’opinion, de donner du crédit à d’autres types d’intervention. Du coup, John Kerry n’indexe plus que la chambre des représentants qui, depuis plusieurs mois, bloque visiblement la nomination des ambassadeurs au Cameroun et au Niger.

Ce ne sont pourtant pas les candidats qui font défaut. «Cinquante-trois candidats du département d’État sont en instance devant le Sénat. Trente-sept d’entre eux  ont été approuvés par la Commission des Relations extérieures et pourraient être immédiatement confirmés par un vote simple. La majorité des candidats, 35 en tout, sont des diplomates de carrière, apolitiques, et aucun d’entre eux n’a eu à faire à une controverse», a assuré le secrétaire d’Etat.

Toujours selon John Kerry, le Sénat a une fâcheuse tendance à faire passer plus rapidement les dossiers des candidats issus de l’armée, plutôt que de prendre des diplomates de carrière. «Ne vous méprenez pas: Les emplois vacants dans tant de capitales du monde envoient un message dangereux aux alliés et adversaire au sujet de l’engagement de l’Amérique», a insisté le secrétaire d’Etat.

 

 

camernews-John-Kerry

camernews-John-Kerry