camernews-Trafic-Chimpanzee

DEUX FRÈRES ARRÊTÉS POUR TRAFIC D’ESPÈCES FAUNIQUES

DEUX FRÈRES ARRÊTÉS POUR TRAFIC D’ESPÈCES FAUNIQUES

Une équipe du poste de contrôle forestier et de chasse de Manjo dans le département du Moungo, travaillant en collaboration avec la brigade de gendarmerie a procédé à l’interpellation de deux trafiquants d’espèces fauniques pour détention et la commercialisation illégales de crânes de chimpanzés lorsque ceux-ci menaient les négociations en vue de la commercialisation le 24 Mars, 2015. L’opération a bénéficié de l’assistance technique de The Last Great Ape Organisation (LAGA). Ngalle Jean Jérôme âgé de 41 et Moto Joël âgé de 30 ans sont partis de de Mangamba pour Manjo, où ils ont PASSÉ la nuit la veille de leur arrestation. Ils détenaient quatre crânes de chimpanzés qu’ils avaient obtenus d’un braconnier, ils expliqueront plus tard, qu’ils avaient l’intention de les vendre.

Lorsque le véhicule transportant l’équipe de lutte contre le trafic d’espèce faunique s’arrêta près du lieu où se déroulait la transaction, deux hommes visiblement pris de panique surgirent le regard effarés, et reprirent aussitôt confiance tandis que l’équipe descendait de la voiture et s’avançait. Un des membres de l’équipe se positionna à l’extérieur et bloqua l’entrée de la maison où ils se trouvaient. Un bref échange de questions – réponses s’en est suivi et il leur a été demandé d’ouvrir le sac ce qu’ils ont fait. Un passant curieux a voulu s’enquérir auprès de l’équipe d’officiers du contenu du sac et sur ce qui se passait, mais a été menace’ du regard des officiers et les deux hommes qui ont été par la SUITE amenés dans la voiture. Dans le sac, quatre crânes de chimpanzés ont été retrouvés.

Les marabouts dans le jeu.

Selon les enquêteurs, avant leur interpellation, les trafiquants d’espèces fauniques avaient consulté un devin pour déterminer si leur affaire allait être couronnée de succès et exempte de tout risque. Il leur a été demandé de poursuivre sans inquiétudes leur entreprise. Ce n’est pas la première fois que des trafiquants se livrent à cette pratique qui consiste à consultent un devin avant d’entreprendre toute activité de trafic. En 2014, un trafiquant de peau de panthère avait été interpelé à Dschang pour commercialisation illégale d’une peau de panthère, mais le matin avant son arrestation, il avait consulté un sorcier pour savoir si ses opérations prospéreraient. Les trafiquants semblent comprendre qu’ils s’exposent au risque d’être appréhendé à cause de l’illégalité de leur activité et veulent déceler des signes du danger qui rôde. Il a été découvert plus tard que les deux étaient frères et les poursuites se sont ouvertes par l’établissement d’un procès-verbal de constatation d’infraction par le chef de poste de contrôle forestier et de chasse de Manjo. L’affaire a ensuite été transmise au procureur de la République à Nkongsamba. Le chef de poste de contrôle forestier et de chasse, Dikongue très satisfaits, explique ce qui s’est passé. “Nous les avons surpris en train de vendre ces crânes de chimpanzés, nous les avons conduits au poste de chasse où nous avons établi un procès-verbal de constatation d’infraction et avons transmis le dossier au procureur de la république”

Chute drastique de la population des chimpanzés.

Les Chimpanzés sont principalement abattus pour leur viande, mais la vente des têtes, des membres ainsi que des crânes qui sont considérés comme des trophées et utilisés pour les concoctions médicinales traditionnelles conduisent également à l’extinction de l’ espèce et le chef de poste déplore qu’ «ici [Manjo] même quand on interroge les gens au fond des villages, ils disent que les chimpanzés ils VOYAIENT a coter et lorsqu’on sait que les chimpanzés et les autres animaux jouent un rôle très dans l’équilibre de l’écosystème mais ils

deviennent de plus en plus rare ce qui constitue un véritable problème ‘’ puis il affirme que” la loi doit être APPLIQUÉE pour décourager cette pratique “. Les experts estiment que cela devrait se faire très rapidement et efficacement en raison de la chute drastique des populations de chimpanzés. Selon une nouvelle étude publiée dans BMC Evolutionary Biology. Le chimpanzé le plus menacé, le chimpanzé du Nigeria-Cameroun, est proche de l’extinction et sa population s’élève à 6000 individus. Parmi les raisons invoquées pour cet état de choses, figurent en bonne place la déforestation, l’expansion de l’agriculture et des habitations humains, le braconnage et le commerce illégal de viande de brousse. Le Cameroun est également un abri pour les chimpanzés d’Afrique centrale qui se retrouvent également au Gabon et en République Démocratique du Congo. Il a une population estimée à 115 000 chimpanzés et est considéré comme la plus grande population de chimpanzés.

 

camernews-Trafic-Chimpanzee

camernews-Trafic-Chimpanzee