camernews-Marche-Etudiants-Cam

Deux étudiants placés en garde à vue

Deux étudiants placés en garde à vue

Yaoundé I. Les membres de l’Addec distribuaient les tracts à l’intérieur du campus.L’exclusion de trois étudiants de l’Université de Yaoundé I par le ministre de l’Enseignement supérieur il y a quelques semaines, continue de pourrir le climat dans le campus de Ngoa-ekéllé. Vendredi dernier, deux étudiants de cette institution distribuaient les tracts à l’intérieur du campus pour dénoncer l’exclusion de leur camarades pendant les deux prochaines années académiques.

Ils ont été interpellés dans l’après midi et placés en garde à vue au commissariat du 5ème arrondissement, situé en face de l’Institut national de la jeunesse et des Sports (Injs). Barthélemy Tchaleu, étudiant à l’Ecole normale polytechnique de Yaoundé par ailleurs secrétaire général de l’association de défense des droits des étudiants du Cameroun, l’un des étudiants exclu pour affichage et distribution des tracts et incitation à une campagne de désobéissance étudiant à l’Ecole normale supérieure polytechnique de Yaoundé, a été encore arrêté pour la même cause.

Selon les informations recueillies le même jour à l’université de Yaoundé I, un autre étudiant du département des mathématiques nommé Clovis Nana a également été interpellé par les vigiles chargés de maintenir l’ordre et la tranquillité à l’intérieur du Campus et des deux gendarmes assurant la sécurité au niveau du guichet où s’effectue l’opération du paiement de la prime de l’excellence.

Les étudiants interpellés menaient également une campagne pour dénoncer les décisions que le Recteur de l’université avaient prises au sujet du paiement de la somme de 5000F.cfa pour les frais d’assurance et de 1000FCfa pour l’accès à la carte d’étudiant.

Ces décisions qui sont à l’orignie de la suspension de trois étudiants dont Thierry Batoum, président de l’Addec, par le ministre de l’Enseignement supérieur. Contacté au téléphone, le commissaire du 5ème arrondissement explique que les deux étudiants interpellés, sont accusés d’avoir commis plusieurs infractions.

 

 

camernews-Marche-Etudiants-Cam

camernews-Marche-Etudiants-Cam